Tungurahua (5023m)

13 octobre 2018, Andes du Nord, Équateur

 

Itinéraire : versant nord-nord-ouest

Configuration : aller-retour

Départ : Pondoa

Orientation principale : nord

Cotation randonnée : T3

Dénivelé positif : 2300 mètres

Conditions rencontrées : bonnes

Fréquentation : non fréquenté

Compagnons :

  • Hugo Cagnon, Daniel Coupe

  • Pierrick Demeulier, Charline Lucchesi

  • Lisa Perron, Benoit Vlieghe

Présentation du sommet

 

Le Tungurahua, signifiant "Gorge de Feu" en Quechua, est un volcan d'Équateur. Culminant à plus de 5000 mètres d'altitude, la montagne est de nouveau active depuis le 5 octobre 1999. À partir de février 2016, ses éruptions sont même parfois qualifiées d'explosives. En raison de son activité, la cime est parfois très dangereuse et donc interdite d'accès. Le glacier qui recouvrait son sommet a quasiment disparu depuis, laissant quelques morceaux sur son versant oriental. Un nouveau refuge, connu sous le nom de Garganta de Fuego, est construit à 3800 mètres d'altitude et permet de couper l'ascension du volcan en deux jours.

Dans l'ultime semaine de notre périple équatorien, nous arrivons dans la ville de Baños. Après avoir gravi les plus hauts sommets du pays avec deux guides locaux, ces derniers nous apprennent que le Tungurahua est en ce moment faisable. La voie normale n'est qu'une affaire de randonnée, cependant très longue et éprouvante. À notre auberge de jeunesse, nous rencontrons deux françaises et un australien. En sympathisant avec eux, nous leur proposons de tenter le Tungurahua, à la journée. Ce sera donc à sept que nous essayerons d'atteindre le point culminant.

Galerie

Récit de l'ascension

 

 

Baños

Refuge

Terrain volcanique, désormais dénué de végétation.

Plateau sommital, cratère

N.B. Les légendes présentes dans les galeries désignent toujours les sommets les plus visibles, de gauche à droite.
Toutes les photos sont non retouchées et prises par Hugo Haasser ou ses amis, excepté celles de l'onglet "Projets".