Tsanteleina (3602m)

10 décembre 2016, Alpes grées, France

 

Itinéraire : face sud >> face nord

Configuration : boucle

Départ : Val d'Isère, le Fornet

Orientations principales: sud puis nord

Cotation descente : 4.2

Exposition : 2

Conditions rencontrées : bonnes

Dénivelé positif : 1650 mètres

Compagnon : Geoffroy Bonnet

Présentation du sommet

 

 

La Tsanteleina, parfois orthographiée Tsanteleinaz, est un sommet majeur du massif des Alpes grées. Perchée entre la France et l'Italie, cette dernière se situe sur la ligne de crête séparant la Tarentaise du val de Rhêmes. Grâce à ses 3602 mètres d'altitude et à sa position géographique privilégiée, elle constitue un magnifique belvédère sur les cimes voisines mais aussi sur celles du val d'Aoste et de la Vanoise. Bien visible depuis le barrage du Saut, la Tsanteleina est reconnue pour sa magnifique face nord.

L'ascension par le versant méridional débute depuis les hauteurs de Val d'Isère, du Fornet précisément. Cet itinéraire remonte successivement les Couart Dessous et Dessus, avant de gagner le plan des Nettes et la face sud proprement dite. Le versant nord offre une excellente descente à skis, raide et exposée par endroits. Une boucle reliant les deux faces me tentait depuis un moment. Je propose à Geoffroy, fraichement rencontré au Salève cet été, de m'accompagner sur les pentes de cette belle montagne.

Galerie

Récit de l'ascension

 

 

Après avoir récupéré mon collègue à Annemasse vers quatre heures du matin, nous arrivons au Fornet trois petites heures plus tard. C'est sous des températures glaciales que nous nous équipons. Skis aux pieds, nous empruntons la route du col de l'Iseran, actuellement enneigée, jusqu'au ruisseau du Couart Dessous. En rive gauche de ce dernier, nous enchainons les conversions sur un terrain raide, en franchissant un verrou à pied.

C'est au Couart Dessus, au soleil, que l'ascension continue. Le thermomètre monte en flèche, l'orientation sud de cette montée se fait réellement sentir ! Quelques dizaines de minutes d'effort plus tard, nous gagnons le plan des Nettes, dominé par l'esthétique Pointe de la Bailleta. C'est sur une très bonne trace que nous rejoignons le pied de la face sud de l'objectif. La barre des 3000 mètres est franchie. Un déchaussage s'impose pour aborder un verrou rocheux à pied, menant au glacier de Couart Dessus.

En plein cagnard, nous enchainons les conversions en direction de l'ultime couloir à gravir, porte d'accès au sommet. Pour ma part, l'effort est rude et l'altitude combinée à la chaleur m'épuise. Il est l'heure d'attaquer la dernière ligne encaissée, inclinée à 40 degrés environ. Crampons aux pieds, les derniers mètres de dénivelé sont douloureux. Nous arrivons en haut de l'obstacle et débouchons sur l'arête sommitale, où les montagnes italiennes et suisses surgissent ! Le sommet, juste à droite, est désormais accessible en suivant un courte arête neigeuse.

Nous y sommes enfin, sur la Tsanteleina ! J'immortalise les lieux à maintes reprises. D'ici, la vue est imprenable ! L'horizon est découpé par les sommets imposants du massif du Mont-Blanc et des Alpes pennines au nord. Plus à l'est, la Grivola et le Grand Paradis trônent comme des rois alors qu'au sud, la Vanoise compose majoritairement le paysage. Une vingtaine de minutes s'écoulent à grande vitesse, en ces lieux si privilégiés.

Prêts à descendre l'immense face nord de la montagne, sombre et austère, nous partons skis aux pieds du point culminant. Une dizaine de mètres en aval, je constate un verrou rocheux inskiable. Prudemment, nous déchaussons pour désescalader l'obstacle, en faisant attention de ne pas lâcher nos skis, sous peine de ne jamais les revoir. Une fois passé, nous rechaussons et profitons d'une poudre tassée jusqu'en amont du col de la Tsanteleina.

Nous bifurquons à l'ouest et prenons pied sur le glacier de Rhême-Golette puis descendons au lac de la Sassière, magnifique en cette période. Étant fatigué, je propose à Geoffroy de descendre jusqu'au Villaret du Nial et faire du stop, au lieu de remonter le col de la Bailleta pour rebasculer en versant sud. Tout deux d'accord pour s'économiser et profiter d'une belle boucle, nous longeons l'étendue d'eau citée précédemment puis gagnons le barrage du Saut, sous les contreforts de la Grande Sassière.

 

Un petit coup d'œil s'impose derrière pour photographier le sommet skié, sublime vu d'ici avant de descendre jusqu'au hameau par une route sinueuse. Nous retrouvons quatre personnes, rencontrées au sommet de la Tsanteleina, qui nous ramènent gentiment au Fornet.

 

Quelle boucle magnifique ! Un dénivelé conséquent en altitude est au rendez-vous mais cet itinéraire permet de découvrir un coin sauvage des Alpes, aboutissant à une cime majeure du massif des Alpes grées. La face nord ravira tous les amateurs de belle pentes.

 

 

 

Carte

N.B. Les légendes présentes dans les galeries désignent toujours les sommets les plus visibles, de gauche à droite.
Toutes les photos sont non retouchées et prises par Hugo Haasser ou ses amis, excepté celles de l'onglet "Projets".