Tour Isabelle (1790m)

23 juillet 2018, Chartreuse, France

 

Itinéraire : Grand Sangle de l'Aulp du Seuil

Configuration : boucle

Départ : col de Marcieu

Orientation principale : est

Cotation randonnée : T5

Dénivelé positif : 1000 mètres

Conditions rencontrées : bonnes

Fréquentation : non fréquenté

Compagnons :

  • Hugo Cagnon & Romain Chautard

  • Pierrick Demeulier & Julie Navillod

Présentation du sommet

 

La Tour Isabelle, également connue sous le nom de Tour Percée, est une montagne emblématique de la Chartreuse. Elle se dresse secrètement dans le grand cirque oriental de l'Aulp du Seuil. Jusqu'en 2006, avant la publication du livre Chartreuse inédite: Itinéraires insolites de Pascal Sombardier, sa localisation fut restée très confidentielle. La cime est réputée pour sa silhouette si particulière, offrant une double arche. Celle du bas est longue d'environ 30 mètres, constituant ainsi la plus grande des Alpes.

 

Atteindre cette merveille de la nature n'est pas une histoire de randonnée facile. Aucun topo ne décrit réellement son accès. La Tour Isabelle peut se rejoindre par l'itinéraire du Grand Sangle de l'Aulp du Seuil. C'est un parcours typique du massif, a priori très esthétique et aérien. J'arrive à constituer un petit groupe de motivés, afin de profiter du beau temps annoncé. Romain et Julie viendront de la Tarentaise, alors que Pierrick et Hugo seront déjà sur place.

Galerie

Récit de l'ascension

 

Je retrouve Julie et Romain à Montmélian, à huit heures du matin environ. Dans la camionnette aménagée de mon ami, nous co-voiturons tous les trois jusqu'au col de Marcieu, en Chartreuse. C'est ici que nous rencontrons Pierrick et son camarade Hugo, dont je fais la connaissance. Le groupe enfin au complet, il est temps de débuter cette belle journée d'été ! Le ciel est d'un bleu limpide et les températures sont déjà bien élevées pour l'horaire.

 

La montée du jour commence en direction du sud-ouest, par la route goudronnée du col. Légèrement plus loin, nous optons pour la voie de droite, bordée de jolis chalets sur sa gauche. Cette dernière se transforme plus loin en une large piste carrossable. Avant le deuxième virage de l'axe, il est nécessaire de s'engager sur un sentier de randonnée à droite. Il indique "passage de l'Aulp du Seuil", et se dessine en forêt. Après une courte section sous les arbres, nous traversons un pré verdoyant où passe le téléski du Grand Essart. Nous gagnons ensuite la forêt éponyme, et poursuivons sur un chemin de GR bien balisé et confortable.

 

S'en suit un cheminement raide et quelque peu désagréable, sans ombre et présentant de nombreux gravillons. C'est à cet instant qu'un bon nombre de personnes est doublé, évoluant en groupe. De retour sous la végétation, le lieu-dit de l'Alpette est gagné en amont. Il s'agit d'un second pré, offrant une vue dégagée sur les falaises orientales de l'Aulp du Seuil. Après une courte halte, utile pour s'hydrater et manger, nous reprenons la route. Le GR poursuit vers le nord, en présentant un terrain très pentu, protégé à nouveau du soleil. Vers l'altitude 1520, il tourne franchement à gauche. C'est ici qu'il faut le quitter, en partant tout droit.

 

L'itinéraire secret pour la Tour Isabelle propose désormais une sente discrète, toujours soutenue mais de moins en moins boisée. Revenus au soleil, nous réalisons une traversée partant continuellement vers le nord. Parfois, les hautes herbes montent jusqu'aux hanches et entravent un peu la progression. Une dizaine de minutes et une once d'hésitation plus tard, nous faisons un virage à 180 degrés, au pied d'une grande barre rocheuse. Celle-ci domine une terrasse panoramique, nous offrant une vue dégagée sur l'ensemble du massif de Belledonne ! Je reconnais la silhouette du Grand Pic, qui se démarque tout particulièrement.

 

Nous suivons machinalement la sente, longeant la barre rocheuse puis s'élevant en lacets sur notre droite. Elle bute sous un petit obstacle rocheux, très facile à surmonter. Je propose au groupe de suivre la première vire qui repart vers le nord, en pensant trouver le fameux Grand Sangle de l'Aulp du Seuil. Cependant, après un quart d'heure d'effort supplémentaire, je me rends compte que l'itinéraire aboutit à un précipice. Nous revenons ainsi sur nos pas, sur cette impasse esthétique.

Le Grand Sangle se trouve en amont et est défendu par un petit couloir à franchir, cerné entre deux falaises. Plus haut donc, le bon itinéraire est rejoint et s'apparente à une longue vire. Nous la suivons pendant un bon moment, toujours en direction du nord. Une section très exposée, à l'angle de la paroi, doit être surmontée. Elle est cependant équipée en cordes fixes, rendant la progression un peu plus sûre. Elle offre une vue plongeante sur de belles parois, où se dessinent de nombreuses cavités. La journée se poursuit toujours sur une vire, parfois sous de grandes voutes. Quelques nuages nous rejoignent et repartent.

En vue de la Tour Isabelle, il est nécessaire de désescalader un premier couloir à droite, à dominance herbeuse. Très raide, il doit être abordé avec concentration. Le terrain se fait sec, les piolets apportés s'avèrent donc inutiles. En bas, une bonne vire tire à gauche et doit être empruntée. S'en suit un second couloir rocheux, plus petit et plus facile à descendre que le premier. Il donne accès à la merveille géologique tant convoitée. Un bon sentier mène au sommet de la double arche de la Tour Isabelle. Malgré le fait d'avoir une corde, nous refusons d'escalader le point culminant. En effet, la paroi est difficilement protégeable sans matériel spécifique. Pour aller dessous et pour profiter du paysage hors du commun, il faut perdre un peu en altitude. Le dernier effort consiste à opter pour le chemin se dessinant sur notre droite, entrecoupé d'un petit ressaut débonnaire à aborder.

Nous arrivons donc sous la mythique double arche, en plein cœur du cirque oriental de l'Aulp du Seuil ! Au nord-est se trouvent deux grands trous dans la roche, appelés les "deux yeux". Nous montons à tour de rôle dans l'arche supérieure, offrant une plateforme rocheuse confortable. Sous l'arche inférieure, un sentier menant à une impasse permet d'avoir la vue classique de la Tour Isabelle, plus au nord. Les uns après les autres, nous empruntons le dit-sentier pour immortaliser le meilleur point de vue de ce secteur tant privilégié. Après de nombreuses pauses photographiques, nous déjeunons sous les arches, au beau milieu de cet univers minéral, végétal et vertical ! En amont à l'ouest, j'aperçois des randonneurs sur le plateau sommital, nous saluant !

L'heure tourne, il est temps de revenir à la civilisation. Pour cela, nous remontons les deux couloirs descendus précédemment, jusqu'à retrouver le Grand Sangle. De retour sur celui-ci, nous reprenons la direction du nord. Un peu plus loin, en contrebas de notre itinéraire, je découvre l'Arche Miracle plus à l'est. Il s'agit d'une seconde curiosité géologique du coin, a priori bien plus difficile d'accès que la Tour Isabelle. Plus loin, la vire empruntée depuis longtemps disparait et aboutit à des pentes mixtes, permettant d'arriver sur le plateau sommital.

Sortis donc des difficultés, nous faisons une petite pause en haut. La vue sur la vallée du Grésivaudan se fait aérienne. Plus au nord, le ciel est relativement noir, voire menaçant. Après avoir mangé et bu, nous commençons la longue traversée du plateau en direction du sud. Celle-ci doit donc être effectuée dans le sens inverse de l'allée, pour regagner logiquement le parking. Sur le sentier bordant les falaises, nous gagnons le sommet de l'Aulp du Seuil. Ce dernier est marqué par une antenne.

 

Plus au sud, le passage de l'Aulp du Seuil est rejoint, où nous rencontrons les nombreux randonneurs doublés à la montée. Le col est matérialisé par une croix. Ces lieux me rappellent une belle descente réalisée à ski, en 2014. Il s'agissait du couloir de la Virgule, partant d'ici et menant directement au col de Marcieu. Nous empruntons ensuite le cirque du Passage de l'Aulp du Seuil. Par de nombreux lacets, nous retrouvons le sentier menant naturellement à l'Alpette. Il ne suffit plus que de descendre par le même chemin, jusqu'au col routier susmentionné.

 

Le Grand Sangle de l'Aulp du Seuil est de toute beauté. Descendre à la Tour Isabelle rend la randonnée plus alpine et encore plus esthétique ! À grandement conseiller pour tous les randonneurs au pied sûr, cherchant la solitude et des paysages très originaux !

Carte

N.B. Les légendes présentes dans les galeries désignent toujours les sommets les plus visibles, de gauche à droite.
Toutes les photos sont non retouchées et prises par Hugo Haasser ou ses amis, excepté celles de l'onglet "Projets".