Tête Pelouse (2537m)

23 janvier 2015, Bornes/Aravis, France

 

Itinéraire : combe du Grand Crêt

Configuration : aller-retour

Départ : les Confins

Orientation principale : nord-ouest

Cotation descente : 2.3

Exposition : 2

Conditions rencontrées : bonnes

Dénivelé positif : 1100 mètres

Compagnons : 

  • Mylène Deffrennes

  • Matthieu Steydle

Présentation du sommet

 

La Tête Pelouse est une montagne appartenant à la chaine des Aravis, massif majoritairement composé de combes entrecoupées de sommets calcaires. D’une altitude égale à 2537 mètres, la cime domine la station de la Clusaz et trône entre la Roche Perfia au nord-est et la Roualle au sud-ouest. Durant la période estivale, elle constitue une randonnée sauvage du secteur alors qu'en hiver, elle devient surpeuplée par les amateurs de peaux de phoque.

 

La combe du Grand Crêt est, avec la combe de Bella Cha, les deux itinéraires classiques menant au point culminant en question. Le premier cité se localise au sud-ouest du Trou de la Mouche, célèbre point de jonction avec la combe voisine, celle de Paccaly. Je propose à Mylène de m'accompagner au Grand Crêt, afin de profiter des bonnes conditions nivologiques et météorologiques. Un ami à elle se joindra à la sortie, Matthieu de son prénom.

 

 

 

Galerie

Récit de l'ascension

 

 

Partis de Thonon-les-Bains tôt dans la matinée, nous retrouvons Matthieu au parking des Confins. Comme toujours en ces lieux, nombreux sont les skieurs de randonnée qui se préparent à partir en excursion. Après s’être équipés pour affronter une journée glaciale, nous rejoignons rapidement le bas de la combe du Grand Crêt. C’est ici que nous comprenons qu’en altitude, le vent sera violent. En effet, la neige qui tourbillonne à proximité des rochers sommitaux ne trompe pas.

Durant la première heure d'effort, nous sommes prisonniers d'un épais stratus, réduisant considérablement la visibilité. En amont, le soleil apparait et nous laisse profiter de la beauté du secteur. Le Trou de la Mouche, apparaissant sur notre gauche, se dévoile subitement et est dominé de près par la Roche Perfia. Toujours dans la même direction mais plus loin, la silhouette imposante de la Pointe Percée surgit également. Dans notre dos, c'est la chaine du Bargy et la Tournette qui émergent tout juste de la couche nuageuse.

 

La partie supérieure de la combe est bien plus raide qu'auparavant, et ce n’est qu’après maintes conversions que nous sortons à un petit col. À 2520 mètres d'altitude, le massif du Mont-Blanc apparaît subitement en face et domine tout le reste ! C'est à cet endroit que nous déposons les skis, pour chausser les crampons. Effectivement, il reste l'arête sommitale de la Tête Pelouse à traverser. Les derniers mètres, gelés et rocailleux, s'avèreraient délicats sans matériel adéquat.

 

Le point culminant est atteint peu de temps après ! La vue, dégagée à 360 degrés, est sublime et la mer de nuages rend clairement les lieux plus esthétiques ! Nombreux sont les sommets visibles ici et je ne peux m'empêcher de prendre des photos. Le vent est, comme prévu, puissant et nous pousse à rebrousser rapidement chemin. En effet, la température ressentie est sûrement loin d'être dans le positif.

 

Après avoir descendu prudemment jusqu'au col, tout le monde chausse ses skis. Équipés pour profiter d'une belle descendre, la partie supérieure de la combe du Grand Crêt se fait très bonne. Dans la partie inférieure de celle-ci, le brouillard est toujours présent et nous empêche de profiter pleinement. Par mauvaises visibilité, il serait bien évidemment dangereux de prendre trop de vitesse. De plus, à ces altitudes plus basses, les quantités de neige se font plus maigres et quelques cailloux apparaissent.

 

La Tête Pelouse doit être l'une des montagnes les plus fréquentées de Haute-Savoie en périodes hivernales. L'itinéraire de la combe du Grand Crêt offre des paysages magnifiques et une longue pente soutenue, propice aux sports de glisse. Le final sur la petite crête neigeuse donne un ton plus alpin à la sortie.

Carte

N.B. Les légendes présentes dans les galeries désignent toujours les sommets les plus visibles, de gauche à droite.
Toutes les photos sont non retouchées et prises par Hugo Haasser ou ses amis, excepté celles de l'onglet "Projets".