Tête du Géant (2228m)

07 décembre 2017, Chablais, France

 

Itinéraire : couloir nord

Configuration : aller-retour

Départ : Pré-la-Joux

Orientation : nord

Cotation descente : 4.2

Exposition : 2

Conditions rencontrées : bonnes

Dénivelé positif : 1100 mètres

Compagnons :

  • Quentin Michaud

  • Christophe Hémery

 

 

 

 

Présentation du sommet

 

 

La Tête du Géant est un sommet majeur du massif du Chablais, culminant à 2228 mètres d'altitude. Perché entre les territoires français et suisses, il se situe sur la frontière séparant le département de la Haute-Savoie du canton du Valais. En plein cœur du domaine skiable des Portes du Soleil, rares sont les montagnes comme celle-ci encore sauvages et préservées. En période estivale, sa traversée sud-nord constitue une belle randonnée alpine, permettant d'atteindre le point culminant.

En hiver, c'est son couloir nord qui est plus populaire. Il s'agit d'un itinéraire très esthétique, appartenant à la pratique du ski de pente raide. En utilisant les remontées mécaniques des stations, le dénivelé positif ne se résumerait qu'à 300 mètres uniquement. Voulant profiter de la solitude des lieux, je propose à mes amis Christophe et Quentin de m'accompagner, pendant que le domaine skiable est fermé. Nous partirons de Pré-la-Joux, sur les hauteurs de Châtel.

 

 

 

Galerie

Récit de l'ascension

 

 

Le rendez-vous est donné à Thonon-les-Bains. Ensemble, nous co-voiturons jusqu'à Pré-la-Joux. C'est sous un froid saisissant que nous nous préparons, motivés à 100% pour débuter cette belle journée hivernale. En effet, la météo semble parfaite, aucun nuage n'entrave le ciel. Par ailleurs, il est toujours agréable de retrouver ces lieux déserts, tant convoités des skieurs alpins en haute saison.

 

La première partie de l'ascension se déroule sur les pistes damées du domaine skiable. Efficacement, nous gagnons les nombreuses bâtisses de Plaine Dranse. Au nord-ouest trône le Mont de Grange et sa face est, prenant d'ores et déjà le soleil. Nous partons ensuite plein nord, afin de rejoindre le chalet du Blattin. Sur notre droite, la Pointe de Boccor et la Tête du Géant se dressent dignement. En amont plus au nord-est, nous quittons les pistes pour entrer dans un alpage déjà tracé.

Rapidement, nous revenons dans la station et atteignons les Combes d'en Haut, matérialisées par des petites maisons en bois. Sortis à nouveau du domaine, il est ensuite nécessaire de suivre la direction du sud-est. Christophe passe devant et trace dans une neige poudreuse. Nous sommes maintenant sous les contreforts de la Tête du Géant. Plus loin se dessine le couloir nord de celle-ci, dominant une combe vierge de toutes traces. Nous remontons cette dernière en rive gauche par de multiples conversions et stoppons la progression sous une barre rocheuse.

En amont, il est nécessaire de déchausser et de mettre les skis sur les sacs. Effectivement, la pente se fait trop raide pour continuer skis aux pieds. Toujours en rive gauche, nous évitons ainsi le bas du couloir proprement dit, situé plutôt en rive droite du versant. De nombreuses plaques à vent se distinguent à l'œil nu, il serait donc dangereux de s'aventurer sur un terrain si aléatoire. Quentin et moi mettons les crampons, Christophe lui n'en a pas et continue sa route en attendant.

 

Légèrement plus haut, je passe devant lui et trace dans une neige très profonde, l'effort est rude. Je m'enfonce jusqu'à mi-taille et dois batailler pour gagner en altitude. Plus haut, je décide de traverser une pente pour changer de rive, en direction du couloir nord. À proximité de celui-ci, une traversée délicate à flanc de rochers doit être effectuée. De plus, une accumulation de neige est visible. Très prudemment, je trace cette partie, sous le regard inquiet de mes compagnons.

 

Chose faite, Christophe décide de nous attendre sous les rochers, à l'abri d'éventuelles coulées. En effet, la pente devient encore plus raide et sans crampons, il serait délicat de continuer. Quentin lui, passe devant et me relaie pour faire la trace. Le couloir neigeux, délimité de part et d'autre par des parois, offre deux étroitures consécutives. En amont, l'itinéraire s'évase significativement et propose un final moins raide.

 

Nous sommes enfin au soleil mais les températures ressenties ne sont cependant pas plus chaudes, le vent se fait désormais violent ! En haut du couloir, défendu par une petite corniche, nous partons à gauche pour gagner une croupe sommitale. Il suffit de suivre cette dernière durant quelques minutes, afin de rejoindre le point culminant.

 

L'objectif est atteint, la vue qu'offre la Tête du Géant est somptueuse ! Tout proche à l'est, la chaine des Dents du Midi trône. À droite, les autres sommets du Haut-Giffre se distinguent. Au loin, j'aperçois également la silhouette unique de la Dent du Géant. À gauche des Dents du Midi, ce sont les Alpes vaudoises qui découpent l'horizon. En ces lieux, l'ambiance est glaciale. Les rafales de vent sont difficilement supportables et nous poussent à vite retrouver des altitudes moindres.

 

​Prêts à skier, nous descendons prudemment la croupe sommitale gelée. Rapidement, nous basculons dans le couloir. Afin de ne pas surcharger le manteau neigeux, nous décidons de skier l'un après l'autre. Je passe en premier et j'enchaine prudemment les virages. Quelques petites coulées de surface partent sous mes pieds. Quentin se lance à son tour en amont. Nous skions successivement les étroitures, sans peine.

La traversée délicate, bordant le couloir proprement dit, réapparait et doit être retraversée à pied. Revenus en rive gauche de la face septentrionale, nous retrouvons Christophe. Ensemble, nous profitons d'une très bonne neige. La combe dominée par la face est regagnée en aval. Les virages s'enchainent ensuite dans une neige excellente. S'en suivent les pistes de ski que nous descendons à toute vitesse et ce, jusqu'au parking.

Le couloir nord de la Tête du Géant est un itinéraire superbe ! Offrant une pente notable et quelques étroitures, l'ambiance est au rendez-vous. À conseiller cependant lorsque le domaine skiable est fermé, afin de profiter de la solide des lieux.

Carte

N.B. Les légendes présentes dans les galeries désignent toujours les sommets les plus visibles, de gauche à droite.
Toutes les photos sont non retouchées et prises par Hugo Haasser ou ses amis, excepté celles de l'onglet "Projets".