Ruinette (3875m)

08 & 09 juillet 2015, Alpes pennines, Suisse

 

 

Itinéraire : par le col de la Lire Rose

Configuration : aller-retour

Départ : Mauvoisin

Orientation principale : ouest

Cotation alpinisme : PD-

Engagement : III

Conditions rencontrées : bonnes

Dénivelé positif : 2000 mètres

Compagnon : Julien Miard

 

 

 

Présentation du sommet

 

 

La Ruinette est un sommet appartenant au massif des Alpes pennines, perché entre le val de Bagnes et le val des Dix. Il s'agit de la plus haute montagne du secteur délimité par le Grand Combin à l'ouest, et à la Dent Blanche à l'est. Malgré une dénomination peu flatteuse, sa position géographique en fait un magnifique belvédère sur l'ensemble des cimes valaisannes. Edward Whymper supposait même qu'il s'agissait du sommet alpin le plus abordable techniquement dans ces ordres de hauteurs, offrant un point de vue inégalé.

 

Sa voie la plus empruntée est celle passant par le col de la Lire Rose. Une longue approche depuis Mauvoisin est nécessaire. Il est possible de dormir ensuite à la cabane Chanrion, perchée à 2462 mètres d'altitude pour couper l'excursion en deux. Depuis mon ascension du Mont Blanc de Cheilon l'année dernière, voisin de la Ruinette, je suis désireux d'aller gravir la cime élancée. Je propose à mon ami Julien de m'accompagner pour cette course. Un bivouac pimentera un peu notre voyage en altitude.

 

 

 

Galerie

Récit de l'ascension

 

08 juillet 2015

 

Après un co-voiturage depuis Thonon-les-Bains, nous arrivons à Mauvoisin tard dans l'après-midi. Dormant dehors à la belle étoile, nous n'avons de toute façon aucune contrainte horaire. Il est tout d'abord nécessaire de monter au barrage de Mauvoisin, puis de le traverser. Grâce à quelques tunnels creusés dans la roche, nous gagnons la rive droite du lac éponyme. À cette heure-ci, les températures et la luminosité sont très agréables. Le chemin, à flanc de rochers, est large et plat jusqu'à l'altitude 2065.

 

Nous nous élevons ensuite dans les pâturages dominant l'immense lac, en direction de la cabane Chanrion. Cela me rappelle ma première expérience en haute montagne, lorsque j'avais réalisé la haute route Mauvoisin-Zermatt par les glaciers. Le Grand Combin et le Mont Gelé sont ici les rois du secteur. 

 

Nous gagnons le lac de Tsofeiret à la tombée de la nuit puis le col du même nom, à 2642 mètres d'altitude. Il est a priori possible de bivouaquer dans une grotte mais nous ne trouvons pas l'endroit. Après quelques recherches en quête d'un endroit idéal pour dormir, nous optons pour nous installer sous un énorme rocher, en amont du col et à l'abri du vent. Un plat lyophilisé plus tard, il est grand temps d'aller se reposer...

 

 

09 juillet 2015

 

Après une nuit blanche totale pour ma part, nous petit-déjeunons à quatre heures du matin avant de nous mettre en route. En laissant le matériel de bivouac ici, nous serons bien plus légers pour atteindre le sommet. Nous remontons la moraine du glacier du Brenay que nous dominons puis progressons rapidement jusqu'au col de la Lire Rose à 3115 mètres, où le vent se fait extrêmement violent. Frigorifiés et en avance sur l'horaire, nous décidons d'aller faire de l'eau en fondant la neige présente en contrebas, grâce à notre réchaud. Effectivement, il nous en manque pour la suite des hostilités.

 

Une heure plus tard, les températures sont bien plus clémentes et le vent s'est calmé. Déterminés, nous regagnons le col puis nous nous engageons dans le grand bastion rocheux sur sa droite. Son escalade ne pose pas de problèmes majeurs, mise à part quelques soucis concernant la recherche d'itinéraire. 

 

À 3386 mètres, nous prenons pied sur le modeste glacier de la Ruinette que nous remontons aisément. Sans crevasse ni sérac, ce dernier s'apparente plus à un grand névé qu'autre chose. Nous buttons au pied de l'arête finale, où il est difficile de desceller un passage pour rejoindre le fil rocheux. Après quelques hésitations, nous tirons tout droit puis gagnons l'arête que nous traversons jusqu'à la croix sommitale.

 

Arrivés en haut, la vue est tout simplement magique ! Toutes les hautes cimes du Valais sont visibles et mon attention se porte sur la majestueuse Dent Blanche qui parait très impressionnante d'ici. Le Mont Blanc de Cheilon, voisin de la Ruinette, me rappelle de bons souvenirs. J'aperçois l'immense glacier de Gietro en contrebas, que nous dominons de 600 mètres. Je mitraille de photos avant de redescendre à des altitudes plus raisonnables.

 

Le retour en vallée sera excessivement long et engagé sur la partie supérieure de la montagne, où le rocher s'avère totalement pourri. Matériel de bivouac récupéré, nous regagnons le parking sous une chaleur insoutenable.

 

La Ruinette comblera tous les amateurs de beaux paysages et de solitude. Malgré une approche fatiguante, elle réserve une escalade finale ludique et un panorama grandiose !

 

 

 

Carte

N.B. Les légendes présentes dans les galeries désignent toujours les sommets les plus visibles, de gauche à droite.
Toutes les photos sont non retouchées et prises par Hugo Haasser ou ses amis, excepté celles de l'onglet "Projets".