Rocher du Vent (2326m)

05 octobre 2017, Beaufortain, France

 

 

Itinéraire : via ferrata du Roc du Vent

Configuration : aller-retour

Départ : refuge du Plan de la Lai

Orientation principale : sud

Cotation via ferrata : K3

Conditions rencontrées : bonnes

Dénivelé positif : 580 mètres

Fréquentation : non fréquenté

Compagnon : Robin Georges

 

 

 

Présentation du sommet

 

 

Le Rocher du Vent est un sommet appartenant au massif du Beaufortain, perché à proximité du Cormet de Roselend. Réputé pour la vue panoramique qu'il offre par beau temps, il domine de près les lacs et barrages de Roselend et de la Gittaz. La cime peut être gravie aisément, suite à une courte randonnée débutant du refuge du Plan de la Lai. Elle emprunte le col de la Sauce, avant d'aboutir à une antécime herbeuse, très proche du véritable point culminant.

 

La via ferrata du Roc du Vent, elle, passe par ce dernier. Il s'agit d'un magnifique itinéraire câblé, empruntant la face sud et aboutissant au plateau sommital. Il descend ensuite dans un canyon, avant de remonter sur quelques antécimes. Après avoir perdu de la hauteur dans un couloir, la via se conclut par la traversée facultative d'une grotte, longue de 100 mètres. Je propose à Robin de m'accompagner, afin de profiter au maximum de l'anticyclone actuel.

Galerie

Récit de l'ascension

 

 

Le départ est gagné vers 14 heures. N'ayant pas pu partir plus tôt, nous allons essayer d'être efficaces, afin de ne pas finir de nuit. Voiture garée et motivés comme jamais, nous débutons l'approche sous une tempête de ciel bleu, sur une large piste. Cinq minutes s'écoulent lorsque nous traversons le fleuve du Nant des Lautarets, par un pont en bois. C'est ici que nous laissons les chalets du Plan de la Lai, construits sur notre droite.

 

Il est nécessaire de continuer sur la piste, se dessinant désormais au nord-ouest et ce, jusqu'au chalet de la Plate. Une fois rejoint, le terrain se fait plus raide. La piste a laissé place à un sentier de randonnée, serpentant dans les alpages verdoyants et parsemés de gros blocs rocheux. Direction plein nord, le dénivelé s'avale très vite. Après 30 minutes d'effort, nous gagnons le pied de la face sud de la montagne.

Les premiers barreaux et câbles font leur apparition. Assurés, nous franchissons les premières difficultés, très raisonnables. La vue sur le lac de Roselend est déjà somptueuse. Droit dans la paroi, s'apparentant parfois à une arête, nous nous élevons sans peine. Un petit passage horizontal coupe notre progression en deux, permettant une pause agréable. En amont, un esthétique passage sur dalles inclinées doit être surmonté.

 

Celui-ci abouti au plateau sommital herbeux, offrant un sentier bien marqué. Ce dernier longe un précipice, donnant directement sur un canyon en contre-bas. À gauche, nous apercevons deux antécimes du Rocher du Vent, reliées entre-elles par un pont népalais. C'est là-bas que la suite des hostilités se dérouleront. Pour le moment, il ne suffit que de suivre le chemin de randonnée nous faisant face et ce, jusqu'au point culminant.

Le sommet du Rocher du Vent est matérialisé par un cairn, la vue s'y fait littéralement somptueuse ! Au nord-est, l'imposant massif du Mont-Blanc nous écrase de par son ampleur et ses glaciers. À sa gauche, ce sont les Aiguilles de la Pennaz qui se dressent, me rappelant l'une des belles sorties alpines de l'été. Derrière nous, au sud-est, le lac de Roselend est toujours aussi beau. Les couleurs de milieu d'après-midi rendent le spectacle encore meilleur.

La prochaine étape consiste à descendre prudemment l'arête nord-est, très bien équipée. Cette dernière mène au canyon cité précédemment, point de jonction avec la voie normale. Une fois les pieds de nouveau sur terre, nous partons en direction de de l'ouest, afin de continuer la via ferrata. Un sentier bien marqué vient buter contre la première antécime du Rocher du Vent.

 

Désormais, nous attaquons la partie la plus physique de la journée. Des barreaux et câbles réapparaissent sur la paroi et nous mènent naturellement en versant nord, où quelques rafales de vent rafraîchissent franchement l'atmosphère. En aval, le lac de la Gittaz fait son entrée. Un léger passage déversant doit être franchi, avant de gagner le sommet de la tour rocheuse. Plus à l'ouest, nous gagnons le fameux pont népalais. Il relie la première antécime à la seconde, ne présentant aucune difficulté.

Toujours plus à l'ouest, la via ferrata se conclut et s'enchaine avec l'itinéraire de descente. Avec une vue plongeante sur le lac de Roselend, la perte d'altitude se fait panoramique. Le couloir dans lequel nous sommes offre de nombreux lacets et se termine par une traversée de vires, l'attention doit être au rendez-vous. En aval, nous rencontrons un carrefour. À gauche, il est possible de rejoindre un tunnel, traversant le Rocher du Vent. L'option de droite consiste à revenir au parking, par les alpages.

 

Nous optons pour la grotte et allumons la frontale, afin de progresser dans l'obscur endroit. Il est drôle de se dire qu'à la base, le tunnel a été construit en 1936, dans le cadre du projet de la "Route des Grandes Alpes". Servant à relier Évian-les-Bains de Menthon par les cols, les travaux ont été avortés puis modifiés. Ils ont donné naissance à la route actuelle, passant par le Cormet de Roselend, inaugurée en 1970. Revenus au soleil, nous retrouvons le parking en descendant tranquillement par la voie classique de randonnée.

La via ferrata du Roc des Vents est tout simplement exceptionnelle. Facile techniquement et très variée, elle débouche sur un véritable sommet. Le panorama sur le lac de Roselend et sur le massif du Mont-Blanc rend la sortie encore plus esthétique !

Carte

N.B. Les légendes présentes dans les galeries désignent toujours les sommets les plus visibles, de gauche à droite.
Toutes les photos sont non retouchées et prises par Hugo Haasser ou ses amis, excepté celles de l'onglet "Projets".