Pierre Avoi (2473m)

14 octobre 2017, Alpes pennines, Suisse

 

 

 

Itinéraire : versant nord-ouest

Configuration : aller-retour

Départ : col du Lein

Orientation principale : nord-ouest

Cotation randonnée : T3

Conditions rencontrées : bonnes

Dénivelé positif : 900 mètres

 

 

 

 

 

 

Présentation du sommet

 

 

La Pierre Avoi est un sommet appartenant au massif des Alpes pennines, situé en territoire suisse. Son versant septentrional, dominant l'agglomération de Martigny, s'apparente à une tour rocheuse où se trouvent diverses voies d'escalade. Aperçue du sud, du côté de Verbier, la montagne est nettement moins impressionnante. Ainsi, elle n'est pas exclusive aux grimpeurs. En effet, sous le point culminant, échelles et mains-courantes ont été installées pour en faciliter son accès.

 

La voie débutant du col du Lein constitue une magnifique randonnée. Le chemin s'élève en forêt avant de contourner la face nord par l'ouest, avant de se conclure en versant sud. Durant mes nombreux allers-retours en Valais, la silhouette singulière de la Pierre Avoi me tapait dans l'œil systématiquement. Avec le temps, l'envie de la gravir est donc devenue réelle. En ces magnifiques couleurs d'automne, je me décide de partir tôt et de profiter du beau créneau météo annoncé.

 

 

 

Galerie

Récit de l'ascension

 

 

J'arrive au col du Lein vers 8 heures et demi du matin. Seul au monde, je me prépare et démarre l'ascension du jour, en adoptant un rythme soutenu. Peu de temps s'écoule lorsque je gagne une large piste forestière, sillonnant la forêt de l'Aroley. Lorsque la végétation se fait moins dense, j'aperçois l'imposante face nord-ouest de la Pierre Avoi, émergeant au loin. D'ici, il serait impossible de se dire que le sommet est accessible sans matériel d'escalade. Sur ma gauche, ce sont les silhouettes des Dents du Midi et du Grand Chavalard qui trônent. 

À la sortie des sous-bois, je me retrouve sous la face nord de l'objectif, toujours aussi impressionnante. Désormais dans la combe de Grand-Luy, le chemin se raidit significativement. Il permet de contourner la montagne par la droite, sans difficulté notable. J'aperçois d'ores et déjà quelques sommets du massif du Mont-Blanc, dont l'Aiguille du Chardonnet et l'Aiguille du Tour. Je m'élève sur l'itinéraire, serpentant jusqu'au col de Comba-Plane.

 

Je rencontre le soleil pour la première fois de la journée, ainsi que bon nombre de sommets connus. Pour le plus évident d'entre eux, le Grand Combin émerge droit devant moi, plein sud. Toujours au pas de course, je m'approche des Clochetons d'Avoi. Il s'agit d'esthétiques tours rocheuses, antécimes à notre montagne. Sous le point culminant, diverses mains-courantes et échelles ont été installées. En effet, sans cela, les 50 derniers mètres seraient exposés. Je dépose mes bâtons, jugés inutiles pour ce final, puis m'élève prudemment jusqu'en haut.

Le sommet, très esthétique, s'apparente à un petit plateau isolé. Ce dernier est muni d'une croix et d'une table d'orientation, utile pour nommer toutes les cimes environnantes. Parmi elles, nous pouvons observer les masses glaciaires du Mont Dolent, de l'Aiguille du Triolet, de l'Aiguille d'Argentière, de l'Aiguille du Chardonnet et de l'Aiguille du Tour. Ces dernières découpent l'horizon au sud-ouest et contrastent avec la végétation et la roche environnante. La muraille des Dents du Midi, à l'ouest, trône sans égal. Au sud, c'est toujours le Grand Combin qui attire l'œil.

En descendant prudemment les échelles, je retrouve mes bâtons. Je décide de courir jusqu'au col du Lein d'une traite. Ainsi, je retrouve successivement le col de Comba-Plane, la combe de Grand-Luy et la piste forestière de l'Aroley. Avec les couleurs d'automne, mise en valeur par soleil de plus en plus fort, il m'est cependant impossible de ne pas m'arrêter.

La Pierre Avoi est un véritable belvédère sur les Alpes pennines, vaudoises et sur une partie du massif du Mont-Blanc. Réalisée depuis le col du Lein, son ascension est courte et somptueuse.

Carte

N.B. Les légendes présentes dans les galeries désignent toujours les sommets les plus visibles, de gauche à droite.
Toutes les photos sont non retouchées et prises par Hugo Haasser ou ses amis, excepté celles de l'onglet "Projets".