Pain de Sucre (2900m)

31 décembre 2016, Alpes pennines, Suisse

 

Itinéraire : face nord

Configuration : aller-retour

Départ : Bourg-Saint-Bernard

Orientation principale : nord

Cotation descente : 4.2

Exposition : 2

Conditions rencontrées : bonnes

Dénivelé positif : 1200 mètres

Compagnon : Grégoire Stevenson

 

 

 

 

 

Présentation du sommet

 

 

Le Pain de Sucre est un sommet appartenant au massif des Alpes pennines, entièrement situé en territoire italien. Méconnu du grand public, ce dernier apparait pourtant comme une magnifique cime élancée et ce, depuis le célèbre col du Grand-Saint-Bernard. De plus, la montagne domine la voie normale du Mont Fourchon, grand classique du ski de randonnée. En 2013, un nouvel itinéraire a été ouvert sur son arête sud-est, offrant une escalade technique sur un fil rocheux esthétique.

 

Sa face nord propose une pente soutenue, propice aux sports de glisse en hiver et au printemps. Pour aller la trouver, il est nécessaire au préalable de passer par l'Hospice du Grand-Saint-Bernard, installée au col éponyme. Ayant un enneigement très pauvre en ce début de saison hivernale, je propose à mon ami Grégoire de finir l'année 2016 en beauté. Nous espérons pouvoir faire du bon ski dans ce secteur des Alpes où les conditions sont souvent bonnes.

 

 

 

Galerie

Récit de l'ascension

 

 

Retrouvant mon collègue à Martigny, nous co-voiturons jusqu'à Bourg-Saint-Pierre. En conduisant prudemment sur la route du col du Grand-Saint-Bernard, partiellement gelée, il est possible d'écourter quelque peu notre ascension. Garés le plus haut possible, nous fixons les skis aux sacs et débutons la marche. Une quinzaine de minutes d'effort s'écoulent avant de pouvoir chausser les skis. Certains sections sont entièrement recouvertes de glace et demandent de l'attention.

La première étape de cette matinée se déroule dans la Comba Martchanda que nous remontons en rive droite, accueillant la Dranse d'Entremont. Derrière nous, le Grand Combin et le Mont Vélan captent déjà les rayons du soleil. La combe des Morts est rejointe au sud-ouest. Plus raide, elle aboutit à l'Hospice et au col du Grand-Saint-Bernard.

Une fois gagné, le Pain de Sucre se dresse droit devant. Difficile de se dire que la cime est skiable vue d'ici ! C'est en ces lieux que je rencontre un vieil ami de l'ESSEC, le monde est petit ! Nous enlevons les peaux et basculons en territoire italien, où nous descendons jusqu'aux chalets de Baou. Enfin au soleil, nous remettons les peaux et suivons une combe au nord-ouest, en laissant l'imposante Tour des Fous à gauche.

La face nord de notre objectif se dessine. Nous laissons la voie normale du Mont Fourchon, qui me rappelle des bons souvenirs d'il y a deux ans, puis partons plein sud. Skis sur le sac et crampons aux pieds, il ne reste qu'à remonter le versant dans sa totalité, qui se dresse au fur et à mesure. La neige est dure, permettant une progression agréable et rapide. Les dernières difficultés se présentent comme une pseudo arête, avec quelques rochers à surpasser.

Le point culminant est atteint ! La vue y est sublime, le Grand Golliat parait d'ici très proche. Son couloir nord-est me donne des idées pour la suite. Les géants du coin qui se démarquent le plus sont le Grand Combin au nord et les Grandes Jorasses à l'ouest.

Nous désescaladons les quelques ressauts faciles puis chaussons juste en contrebas. Le haut de la face est relativement raide mais en bonnes conditions. La descente est agréable jusqu'aux chalets de Baou, avant de laisser place à une remontée obligatoire au col. Revenus en Suisse, nous retrouvons des conditions passables.

Le Pain de Sucre est une magnifique montagne à gravir. Souvent délaissée par son voisin le Mont Fourchon, son ascension est plus belle, plus technique et plus sauvage.

N.B. Les légendes présentes dans les galeries désignent toujours les sommets les plus visibles, de gauche à droite.
Toutes les photos sont non retouchées et prises par Hugo Haasser ou ses amis, excepté celles de l'onglet "Projets".