Nevado de Toluca (4693m)

09 octobre 2014, cordillère néovolcanique, Mexique

 

Itinéraire : intégrale des crêtes

Configuration : aller-retour

Départ : arrivée de la piste

Orientation principale : est

Cotation alpinisme : PD

Engagement : III

Place dans la cordée : en têtêe

Conditions rencontrées : bonnes

Dénivelé positif : 700 mètres

Compagnons :

  • Mylène Deffrennes

  • Paco Trad

 

 

Présentation du sommet

 

 

Le Nevado de Toluca, ou "Xinantécatl" en langage nahuatl, est le quatrième plus haut sommet du Mexique. Contrairement aux autres grands volcans du pays, il est situé à l'ouest de la capitale, à seulement 80 kilomètres. Une route sinueuse permet d'arriver au pied de la montagne en voiture, aboutissant à seulement 700 mètres sous le sommet. En général, les randonneurs marchent jusqu’au cratère, afin d’y admirer deux lagunes esthétiques d'eau potable; celle de la Lune et celle du Soleil.

 

La traversée des arêtes se termine au réel point culminant, appelé Pico del Freile. Elle représente une course d'alpinisme facile techniquement mais reste cependant physique. Effectivement, l'altitude rend les choses plus éprouvantes. Piolets et crampons s’avèrent toujours inutiles, malgré le fait qu'il peut y avoir quelques névés par endroits. Mylène m'ayant rejoint au Mexique pour trois semaines, je lui propose cette ascension réputée esthétique.

 

 

 

Galerie

Récit de l'ascension

 

Je retrouve Paco à Mexico, guide local avec lequel j'avais gravi le Pico de Orizaba. Après quelques heures de route, nous payons le droit d'entrée du parc puis garons la voiture à la fin de la route, perchée à 4000 mètres d'altitude. Le temps est couvert mais cela ne nous démotive pas pour nous préparer rapidement. Il est déjà 14 heures et je m'inquiète un peu car je ne suis jamais parti aussi tard en montagne. Cependant, notre guide connait le coin comme sa poche et affirme que nous aurons assez de temps pour revenir à la voiture avant la nuit. 

 

Par un sentier bien marqué, nous gagnons rapidement un premier col au sud où nous découvrons l'immense cratère du Nevado de Toluca. La "Laguna del Sol" et la "Laguna de la Luna" se dévoilent d'ores et déjà sous nos yeux. Ces étendues d'eau contrastent parfaitement avec le paysage lunaire et minéral des parois du volcan, l'atmosphère est magique ! 

 

Nous progressons désormais sur une crête sablonneuse située en amont du plus petit des lacs, celui de la Lune. En voulant avancer vite, l'altitude nous remet vite à l'ordre et malgré l'environnement trompeur, nous sommes déjà au dessus de 4000 mètres ! Nous atteignons un bastion rocheux, dominé par une cheminée.

 

Encordés, nous progressons en posant les mains et prenons de la hauteur prudemment. Nous esquivons un ressaut rocheux vertical par la gauche, avant d'atteindre le premier sommet du Nevado de Toluca. La suite de la traversée se résume par des montées et des descentes, parfois sur le flanc nord de la montagne, parfois sur le sud. Le terrain, entièrement rocheux, est plutôt instable. Quant à la belle météo annoncée n’est malheureusement pas au rendez-vous aujourd’hui.

 

Ayant fait le tour dans le sens antihoraire, nous arrivons au sommet principal assez tard en journée. J'immortalise les lieux avant de redescendre aussitôt, malgré une visibilité plus que médiocre. Effectivement, la nuit ne va pas tarder à tomber et sans lampes frontales, la situation pourrait s’avérer problématique.

 

La désescalade, en versant méridional, est périlleuse de par la raideur de la pente et par l'instabilité du terrain. Nous regagnons un col puis une crête sablonneuse nous menant au bord de la "Laguna del Sol". Je découvre qu'il y a un abri de fortune à proximité, utile donc en cas de nécessité. D'ici, il ne suffit plus qu'à remonter au premier col au sud avant de redescendre à la voiture, en profitant du crépuscule !

 

Cette course comporte quelques passages intéressants d'escalade et de désescalade. Durant un séjour prolongé au Mexique, elle correspondrait à une parfaite course d’acclimatation pour les sommets plus hauts.

N.B. Les légendes présentes dans les galeries désignent toujours les sommets les plus visibles, de gauche à droite.
Toutes les photos sont non retouchées et prises par Hugo Haasser ou ses amis, excepté celles de l'onglet "Projets".