Mont Buet (3096m)

02 mars 2014, Haut-Giffre, France

 

Itinéraire : versant sud-est

Configuration : aller-retour

Départ : village du Buet

Orientation principale : sud-est

Cotation descente : 2.3

Exposition : 1

Conditions rencontrées : bonnes

Dénivelé positif : 1770 mètres

Compagnon : Gabriel Chevallier

Présentation du sommet

 

 

Le Mont Buet est un sommet du Haut-Giffre, ayant joué un rôle important dans l'histoire de l'alpinisme. Effectivement, on considère sa première ascension, par les frères Deluc en 1770, comme la première aventure en haute montagne dans les Alpes. Six ans plus tard, c'est au tour d'Horace-Bénédicte de Saussure d'y monter, afin de repérer sa future escalade au Mont Blanc. De par son dénivelé important, ce sommet se fait justement appelé le "Mont Blanc des Dames". Beaucoup d'itinéraires sont référencés sur ses flancs,  dont la sauvage randonnée partant de Salvagny à l'ouest.

 

Sa voie normale, elle, se dessine au sud-est. Grâce à ses grandes pentes douces, ce cheminement se prête parfaitement à la pratique du ski de randonnée. L'ayant fait en été il y a quatre ans, j'aimerais redécouvrir ce secteur que j'ai tant apprécié. Les conditions nivologiques et la belle météo annoncée me pousse à raviver ces beaux souvenirs. Je propose à Gabriel de m'accompagner pour cette ascension.

Galerie

Récit de l'ascension

 

 

Nous arrivons au parking du village du Buet, vers six heures et demi du matin. Le parking est désert, seulement trois skieurs sont déjà sur les lieux. N'ayant rien mangé ce matin, il est préférable d'avaler quelque chose avant la longue ascension qui nous attend. Le ventre plein et quelques minutes de repos dans la voiture nous permettent de partir sereinement, malgré les températures glaciales qui règnent. À sept heures, nous chaussons les skis et préparons les sacs. C'est à ce moment précis qu'un nombre important de voitures débarque. 

 

Il est tout d'abord nécessaire de traverser la route puis de remonter un alpage plein ouest, proche d'un téléski. En nous dirigeant légèrement à droite, nous rejoignons une forêt encaissée, chargée de neige. Le sentier n'est pas large mais l'excellente trace nous permet d'avancer vite, en rive droite de l'Eau de Bérard. Nous passons à proximité de l'esthétique cascade éponyme.

 

En sortant des bois, nous traversons le pont de la Vordette avant de remonter le large vallon à Bérard. À l'altitude 1900, son refuge a disparu sous une quantité considérable de neige. La trace continue au sud-est et se raidit significativement. Un brouillard épais nous rattrape et réduit considérablement la visibilité.

 

À force de grimper, la brume faiblit et le ciel bleu se dévoile d'un coup ! Nous sommes vraiment heureux d'être passé au dessus, où la météo est, comme annoncée, parfaite. La motivation de nouveau à son maximum, nous progressons sous le col de Salenton. Le chemin part ensuite au sud et vise une antenne installée proche du point culminant. Sous cette dernière, nous reprenons la direction du sud-est puis gagnons le dôme sommital facilement.

 

L'immense cairn est là pour nous rappeler que les 3096 mètres du Buet sont sous nos pieds ! Gabriel s'approche vers le nord-est pour admirer la vue, où il traverse en partie une corniche. Il se rattrape facilement à la force de ses bras et revient sur ses pas, prudence ! À l'horizon, nombreuses sont les montagnes n'émergeant pas de la couche nuageuse. La Pointe Percée et les Fiz sont quasiment les seules cimes préalpines qui dépassent au loin. Avec des températures agréables et un vent inexistant, nous restons pas loin d'une heure à contempler les hauts sommets du Mont-Blanc qui nous dominent, pile en face ! 

 

Avec une neige bien revenue grâce au soleil, la descente depuis le sommet est excellente. De plus, le brouillard s'est peu à peu dissipé sur le bas, ce qui nous permet de mieux voir et donc d'enchainer les virages sans craintes. Quelques coulées de neige sont descendues des parois du Buet, il faut être vigilent avec les chaleurs de l'après-midi.

 

Lorsque les conditions nivologiques le permettent, skier le Mont Buet est magique. D'un dénivelé conséquent, la vue au sommet récompensera largement les efforts fournis à la montée.

Carte

 

N.B. Les légendes présentes dans les galeries désignent toujours les sommets les plus visibles, de gauche à droite.
Toutes les photos sont non retouchées et prises par Hugo Haasser ou ses amis, excepté celles de l'onglet "Projets".