Mont Blanc du Tacul (4248m)

12 juillet 2012, Mont-Blanc, France

 

Itinéraire : Contamine-Grisolle

Configuration : aller-retour

Départ : téléphérique de l'Aiguille du Midi

Orientation principale : ouest

Cotation alpinisme : AD

Engagement : II

Place dans la cordée : réversible

Conditions rencontrées : bonnes

Dénivelé positif : 750 mètres

Compagnon : Nicolas Condevaux

 

 

 

Présentation du sommet

 

 

Le Mont Blanc du Tacul est une montagne localisée entre l'Aiguille du Midi et le Mont Maudit. Elle possède deux sommets distincts, le point culminant et une antécime plus petite d'un mètre seulement, située à la sortie du pilier Gervasutti. Le célèbre glacier des Bossons, visible depuis Chamonix, remonte jusqu'en haut de la cime. Sa voie normale se dessine sur son versant septentrional et constitue la première partie de l'itinéraire des trois Monts, débouchant sur le point culminant du massif. Facile techniquement, cette face nord abrite cependant de nombreux séracs et est propice aux avalanches. Le Tacul offre d'autres voies bien plus difficiles, comme le Supercouloir ou la traversée des Aiguilles du Diables.

 

Son éperon nord-est, souvent appelé le "Triangle du Tacul", se dessinent une multitude de voies mixtes et de goulottes. Parmi elles, nous pouvons citer la Contamine-Grisolle. Celle-ci est facilement accessible grâce au téléphérique de l’Aiguille du Midi. Il s'agit d'une course esthétique, majoritairement composée de pentes raides de neige et de courts passages rocheux. Nicolas me propose d'y aller ce jeudi-ci, par grand beau temps. J'accepte avec plaisir cette sortie; pouvant aboutir à une cime majeure et ce, par un itinéraire techniquement intéressant.

 

 

 

Galerie

Récit de l'ascension

 

 

Nous garons la voiture au centre de Chamonix puis prenons le téléphérique de l'Aiguille du Midi. En ayant la première benne du matin, nous sommes propulsés à haute altitude relativement tôt. Nous nous équipons et traversons l’arête de la Vallée Blanche. Je constate à cet instant qu'il y a beaucoup de vent et que les températures sont basses. Le col du Midi atteint, nous nous dirigeons vers le pied de notre voie.

 

En aval de l'éperon nord-est du Tacul, nous franchissons facilement la rimaye. Nicolas commence en tête pour aborder la première pente de neige, inclinée à 50 degrés environ. La progression en corde tendue est rapide et agréable. Mon collègue installe quelques coinceurs par sécurité, sur le rocher situé à droite. Les quelques portions en glace sont plus athlétiques et aboutissent à un verrou rocheux. Il s'agit du passage le plus technique de la course.

 

Une fois franchi, je prends la tête. En pleine paroi, le paysage est à couper le souffle. Dernière nous, les Grandes Jorasses et la Dent du Géant dominent. Sur notre droite, l’Aiguille du Midi surplombe la vallée de Chamonix, prisonnière d'une mer de nuages. Nous remontons ensuite une courte goulotte, suivie d'une arête mixte. Suite à cette dernière, nous débouchons à l'ouest d'une large pente de neige. Cette dernière, exposée aux séracs, accueille la Contamine-Négri.

 

Il ne nous reste qu'une crête neigeuse, facile à traverser pour rejoindre la voie normale du Mont Blanc du Tacul. Le vent est intense et le froid saisissant. D'ici, le sommet est visible et facilement reconnaissable grâce à l'énorme sérac suspendu à sa gauche. J'aperçois un homme tout en haut et c'est à ce moment-là où je me rends compte de la taille démesurée de ce bloc de glace. Des alpinistes font la queue au niveau du court ressaut technique, situé juste sous le sommet. Nous décidons de contourner la file par la droite par une traversée exposée, suivie d'un passage rocheux aboutissant aux 4248 mètres du Tacul.

 

Arrivés en haut, les températures sont extrêmes et je constate que la croix sommitale est détruite. D’ici, le Mont Blanc semble si proche et ressemble à une douce colline enneigée, non bien plus haute. Nous buvons et mangeons rapidement car le vent ne nous permet pas de profiter à fond de notre position. Je prends quelques photos avant de redescendre par la voie normale.

 

La désescalade du ressaut sous le sommet est facilitée par une corde fixe. Nous apercevons des secouristes sondant la neige en face, en plein versant nord du Mont Maudit. Aujourd'hui est le triste jour où neuf personnes décèdent sur la voie des trois Monts. Même en plein été à cette altitude, des avalanches meurtrières peuvent se déclencher. Une cordée en direction du Tacul nous affirme qu’ils ont déjà retrouvé sept corps inanimés.

 

Nous perdons de l'altitude en face nord de notre montagne, sous les gros séracs déversants. Assez bouleversés par la triste nouvelle, nous gagnons rapidement le refuge des Cosmiques par la courte arête à Laurence, donnant directement sur la terrasse. Durant notre pause, la gardienne nous informe que neuf alpinistes en tout ont trouvé la mort. Il est temps de se remettre en route et de prendre le téléphérique pour revenir à la civilisation.

 

Ternie par le drame, la journée avait pourtant bien débuté. Cette course est néanmoins très esthétique et complète. Plus difficile techniquement que la voie normale, il est certain que les dangers objectifs y sont moins importants.

 

 

 

Carte

N.B. Les légendes présentes dans les galeries désignent toujours les sommets les plus visibles, de gauche à droite.
Toutes les photos sont non retouchées et prises par Hugo Haasser ou ses amis, excepté celles de l'onglet "Projets".