Huangshan (1864m)

13 & 14 mai 2016, Anhui, Chine

 

Itinéraire : tour complet est >> ouest

Configuration : boucle

Départ : Tangkou

Orientations principales : est puis ouest

Cotation randonnée : T2

Conditions rencontrées : bonnes

Dénivelé positif : 1400 mètres

Compagnon : Thibaut Clément

Présentation du sommet

 

 

Huangshān, appelées couramment Montagnes Jaunes en français, désignent un massif chinois perché au sud de la province d'Anhui. Ce dernier comporte 77 sommets de plus de 1000 mètres d'altitude, dont trois dépassant les 1800. Parmi eux, le Lotus Peak constitue le point culminant, réputé par sa beauté. Effectivement, il est connu pour ses aiguilles granitiques et ses forêts de pins, souvent entourées de brume. Malheureusement, le site devient de plus en plus touristique et donc, de moins en moins sauvage. Les sentiers ont laissé place à d'immenses escaliers, les hôtels de luxe se sont installés sur les hauteurs et les téléphériques se font nombreux.

Étudiant à Shanghai pour trois mois, je propose à mon colocataire Thibaut de m'accompagner aux Montagnes Jaunes, trônant à six heures de bus de la mégalopole seulement. Sans vraiment d'idées précises du parcours que nous allons emprunter, nous partons dans l'optique de découvrir cet endroit au maximum en éviter toute remontée mécanique. Nous couperons l'ascension en deux journées, afin de pouvoir dormir en altitude et de profiter d'un lever de soleil depuis le plateau sommital, attraction majeure des ces lieux prisés.

Galerie

Récit de l'ascension

13 mai 2016

 

Ayant dormi à Tangkou la veille, ville située à proximité des cimes, nous prenons un bus tôt le matin pour arriver au pied du massif. L'accès à celui-ci n'est pas gratuit, l'altitude se paye en Chine ! La première étape de cette journée ensoleillée est de rejoindre l'auberge de jeunesse dans laquelle nous dormirons ce soir, rattachée au luxueux Shilin Hotel. Effectivement, il sera ainsi possible d'y déposer les sacs et donc de pouvoir progresser plus rapidement.

 

Nous sommes prêts psychologiquement à faire une longue route, entièrement équipée d'escaliers et bondée de touristes. Sous une

chaleur humide, nous prenons rapidement de la hauteur par le versant oriental du secteur. Je découvre dès le départ un nombre important de touristes munis de leurs perches à selfie, mais aussi de porteurs ravitaillant les refuges. Bouteilles d'eau, nourriture et autres, certains transportent pour plus de 80 kilogrammes sur une épaule ! Beaucoup de stands sont présents sur le chemin; vendant en-cas, boissons et divers souvenirs.

 

Une heure et demie s'écoule lorsque le White Goose Ridge est rejoint, dominant les sous-bois que nous avons remontés. Ce lieu-dit est une terrasse offrant une vue dégagée sur les environs. D'ici, il suffit de se laisser guider par le balisage omniprésent pour gagner notre logement. Nous laissons le Beihai Hotel sur notre gauche puis gagnons le Shilin, installé légèrement plus loin. En laissant les sacs à la réception, nous étudions rapidement la suite du programme puis décidons de rejoindre le Xihai Grand Canyon, à quelques kilomètres d'ici.

Sur la route, nous croisons encore des bâtisses de luxes puis rejoignons le canyon, plus sauvage. Certains passages se font vertigineux, et les escaliers sur lesquels nous progressons dominent littéralement le vide. En contrebas, les nombreuses aiguilles granitiques du massif surgissent de la forêt verdoyante qui compose le paysage. Nous traversons les first et second rings, deux somptueuses sections du canyon où les photos s'enchainent aussi vite que nous descendons les marches. Une file d'attente monstrueuse s'est formée devant le train à crémaillère, permettant de revenir directement aux hôtels du plateau sommital.

Hors de question de l'emprunter, nous descendrons encore plus bas puis remonterons qu'à l'aide de nos deux jambes. Ici, nous ne rencontrons que très peu de personnes, les plus courageux ! En achetant de l'eau et quelques gâteaux sur la route, nous sommes prêts à attaquer la plus longue montée du jour. Quel plaisir de se retrouver enfin tranquille, au beau milieu de ces merveilles géologiques ! Nous continuons jusqu'à un pont suspendu magnifique, le Fairy Walking Bridge. Une courte pause s'impose avant de continuer jusqu'à Baiyun Hotel, un énième établissement.

Nous nous ravitaillons et achetons de quoi survivre pour demain, avant de rejoindre le Brightness Top, second plus haut sommet du massif. Très déçus de celui-ci, nous revenons rapidement à Shilin Hotel puis trouvons le Lion's Peak à proximité, où nous admirons les couleurs orangées annonçant la fin de journée. Il est l'heure d'aller se coucher, car une petite nuit et une longue journée nous attendent !

14 mai 2016

Le réveil sonne, il est quatre heures moins le quart du matin. Nous nous habillons puis sortons dehors. Le Lion's Peak constituerait un excellent endroit pour admirer le lever de soleil, nous revenons donc sur nos pas pour capter les premières lueurs de cette deuxième journée. Installés au sommet, il ne suffit plus que d'attendre. Le soleil émerge au loin et les couleurs matinales d'altitude font surface. Les lieux deviennent surpeuplés et nous avons eu de la chance d'être aussi bien placés !

Après une longue séance photo, nous réempruntons une partie du chemin de la veille. Un kilomètre avant le first ring du canyon, nous bifurquons à gauche pour atteindre le fameux Flying Over Rock, un monolithe en équilibre sur un promontoire. D'ici, nous retrouvons le Brightness Top puis prenons la direction du Turtle's Peak. D'ici, le point culminant apparait comme un roi devant nous. Malheureusement, le Lotus Peak est fermé et ce, depuis décembre 2013. Effectivement, les gardiens des lieux ferment alternativement les sommets sur une période de cinq ans, afin de préserver la végétation.

 

À regret, nous contournons la cime puis descendons jusqu'au pied du Celestial Peak, la troisième plus haute. Je propose à Thibaut de gravir la montagne le plus vite possible, pour nous achever avec une ultime montée mémorable. Les escaliers sont très pentus et sont même équipés de cordes fixes. Segments d'arêtes et cheminement sous d'énormes blocs coincés, nous atteignons le sommet en une petite vingtaine de minutes.

Revenus au pied, nous entamons la longue descente du massif par le versant ouest. Celle-ci peut-être également évitée en prenant un téléphérique. Il ne reste qu'à prendre un bus pour retrouver la ville de Tangkou, puis deux autres pour regagner la pollution et l'immensité urbaine de Shanghai.

Les Montagnes Jaunes sont une merveille de la nature ! Cependant, il ne faut pas s'attendre à un endroit sauvage ni à un massif pour faire de la randonnée technique. En faisant le tour que l'on a réalisé, nous avons pu néanmoins battre notre record de marches montées et descendues !

N.B. Les légendes présentes dans les galeries désignent toujours les sommets les plus visibles, de gauche à droite.
Toutes les photos sont non retouchées et prises par Hugo Haasser ou ses amis, excepté celles de l'onglet "Projets".