Hauts-Forts (2466m)

27 novembre 2016, Chablais, France

 

Itinéraire : couloir d'Arare

Configuration : boucle

Départ : Avoriaz

Orientation principale : nord-est

Cotation descente : 4.1

Exposition : 2

Conditions rencontrées : moyennes

Dénivelé positif : 700 mètres

Compagnons :

  • Stéphane Mégevand

  • Quentin Michaud

Présentation du sommet

 

 

Les Hauts-Forts sont perchés à l'extrémité sud du Chablais, massif pré-alpin dont ils représentent le point culminant. La cime domine Avoriaz, l'une des huit stations du domaine skiable franco-suisse des Portes du Soleil. L'été, le sommet est facilement accessible à pied alors qu'en saison hivernale, il constitue déjà un objectif de choix des skieurs de randonnée. En effet, quelque soit l'itinéraire emprunté, les pentes à descendre sont relativement soutenues.

 

Le couloir nord-est, plus connu sous le nom de "couloir d'Arare", se situe en amont du télésiège des Intrêts d'Avoriaz. Ayant déjà gravi deux fois les Hauts-Forts en saison estivale, l'idée de les skier ne m'était pas étrangère. De plus, je n'ai jamais atteint le sommet par beau temps. La neige étant pauvre dans le secteur, l'unique possibilité chablaisienne du week-end se résume à cet itinéraire. Je propose à Quentin et Stéphane de m'y accompagner.

 

 

 

Galerie

Récit de l'ascension

 

 

Retrouvant Quentin à Thonon-les-Bains, nous conduisons jusqu'à Morzine où nous récupérons Stéphane. Ensemble, nous gagnons le centre d'Avoriaz, au pied des Hauts-Forts. Huit heures du matin marque le départ, sous des températures bien fraiches. Heureusement, le domaine skiable est fermé, nous permettant ainsi d'apprécier la quiétude des lieux. Premièrement, nous remontons skis aux pieds la piste gelée des Intrêts, où les glissades sont fréquentes.

Arrivés à la station supérieure du télésiège, nous suivons une timide trace pour arriver au pied du couloir d'Arare. Vu d'ici, l'itinéraire est plus qu'évident. Quelques conversions plus tard, nous fixons les skis aux sacs et chaussons les crampons. Un escalier formé par les nombreux passages facilite la progression. La pente s'accentue et le couloir se ressert sur sa partie supérieure. Pour sortir au sommet de la cime, nous longeons les rochers sommitaux par la droite, sur une trace où l'exposition augmente. Il ne suffit plus que de remonter une vingtaine de mètres.

L'énorme croix sommitale est gagnée ! Je découvre ainsi le panorama depuis le point culminant de mon cher massif. D'ici, les Alpes vaudoises, les Alpes pennines, le Haut-Giffre et le Mont-Blanc découpent l'horizon.

Nous chaussons au sommet puis skions prudemment la partie exposée. Une fois dans l'axe du couloir, les virages sautés sont enchainés avant de regagner les pistes, en conditions plus qu'exécrables. La station d'Avoriaz est rejoint avant midi.

Le couloir d'Arare se présente comme une course de demi-journée. D'une pente soutenue, il permet d'atteindre le toit du Chablais d'une manière esthétique. À recommander lorsque le domaine skiable est fermé.

Carte

N.B. Les légendes présentes dans les galeries désignent toujours les sommets les plus visibles, de gauche à droite.
Toutes les photos sont non retouchées et prises par Hugo Haasser ou ses amis, excepté celles de l'onglet "Projets".