Haute Cime (3257m)

12 juillet 2011, Haut-Giffre, Suisse

 

 

 

Itinéraire : par le vallon de Susanfe

Configuration : aller-retour

Départ : Champéry, Grand Paradis

Orientation principale : sud

Cotation randonnée : T3

Conditions rencontrées : bonnes

Dénivelé positif : 2200 mètres

Compagnon : Robin Georges

 

 

 

 

Présentation du sommet

 

 

La Haute Cime est située en territoire suisse et constitue le point culminant du massif du Haut-Giffre. Elle correspond également à la plus haute et à la plus occidentale des Dents du Midi. Ce chainon montagneux, long de trois kilomètres, est bien visible depuis la vallée du Rhône et domine cette dernière de plus de 2600 mètres. D'est en ouest, nous pouvons citer la Cime de l'Est, la Forteresse, la Cathédrale, l'Éperon, la Dent Jaune, les Doigts et enfin la Haute Cime.

 

Contrairement à toutes les autres montagnes citées précédemment, la nôtre est accessible sans aucun matériel d'escalade. Sa voie normale, qui débute du val d'Illiez, représente une longue randonnée sans difficulté technique. Elle peut être divisée en deux journées, en dormant à la cabane Susanfe, perchée à 2102 mètres d'altitude. Je propose à mon ami Robin de tenter l'ascension d'une traite, de manière rapide et efficace.

Galerie

Récit de l'ascension

 

 

Après avoir récupéré Robin à Thonon-les-Bains en pleine nuit, nous arrivons au point de départ de la course. Nous commençons par prendre de la hauteur dans des sous-bois, guidés machinalement par nos lampes frontales. Le jour se lève timidement lorsque nous atteignons l'alpage de Bonavau, situé à 1550 mètres d'altitude. En traversant ce dernier, composé d'un refuge et d'une buvette, nous entamons l'esthétique montée du Pas de l'Encel. Certains passages sont étroits mais quelques mains courantes sont installées pour les personnes sujettes au vertige.

 

La vue se fait de plus en plus dégagée au fur et à mesure que nous nous élevons. Les glaciers suspendus du Mont Ruan se dévoilent et contrastent avec le paysage minéral qui nous entoure ! Nous remontons désormais le large vallon de Susanfe. À 2100 mètres d'altitude, je propose à Robin de faire une courte pause au niveau de la cabane éponyme. D'ici, la Haute Cime est impressionnante et parait bien loin. En effet, la reine des Dents du Midi nous domine encore de plus de 1000 mètres !

 

Le col de Susanfe atteint, je découvre le lac de Salanfe, devant nous en contrebas. Il est ensuite nécessaire de bifurquer plein nord, en direction de notre objectif. Nous avançons dans un pierrier noirâtre et le balisage, qui était jusqu'alors omniprésent, se fait de plus en plus timide. En contournant un éperon rocheux et en remontant quelques gradins, nous rejoignons le col des Paresseux, à 3057 mètres d'altitude. D'ici, la sente finale qui se termine en lacet est bien visible.

 

Une demi-heure s'écoule lorsque nous atteignons les 3257 mètres de la cime ! La croix, marquant le point culminant des Dents du Midi, est scellée sur une dalle surplombant le vide en versant nord. Le lac Léman apparait timidement au loin. La vue sur les sommets du massif du Mont-Blanc et sur le Grand Combin est superbe, malgré une visibilité qui pourrait être meilleure ! Le vent se lève, nous ne tardons pas à faire demi-tour.

 

La descente, effectuée sur le même itinéraire, est plus rapide que prévue. Effectivement, nous revenons rapidement sur nos pas jusqu'au col de Susanfe, en glissant sur les nombreuses pierres qui composent la partie sommitale de la montagne. Plus tard dans

la journée, nous arrivons en aval du parking, ce qui nous pousse à remonter sensiblement.

 

La Haute Cime, visible de partout vers chez nous, est un but à part entière pour tout randonneur expérimenté ! À vivement conseiller pour les amateurs de gros dénivelé et de paysages d'altitude !

 

 

 

Carte

N.B. Les légendes présentes dans les galeries désignent toujours les sommets les plus visibles, de gauche à droite.
Toutes les photos sont non retouchées et prises par Hugo Haasser ou ses amis, excepté celles de l'onglet "Projets".