Daubenhorn (2942m)

31 juillet 2018, Alpes bernoises, Suisse

 

Itinéraire : via ferrata Gemmi-Daubenhorn

Configuration : boucle

Départ : Leukerbad

Orientation principale : sud-est

Cotation via ferrata : K5

Engagement : III

Dénivelé positif : 1500 mètres

Conditions rencontrées : bonnes

Fréquentation : peu fréquenté

Compagnons :

  • Stéphane Mégevand

  • Julie Navillod

 

Présentation du sommet

 

 

Le Daubenhorn est un sommet appartenant aux Alpes bernoises, situées en Suisse. D'une hauteur de 2942 mètres, son imposant versant sud-est domine dignement Leukerbad, connu en français sous le nom de Loèche-les-Bains. La voie normale de la cime se dessine en face nord-ouest, réalisable à pied comme à ski. La montée de celle-ci peut s'écourter par le téléphérique de la Gemmi, débutant de la station thermale susmentionnée. La remontée mécanique se conclut au col éponyme, perché à 2314 mètres.

 

Les falaises visibles depuis Leukerbad accueillent la plus grande via ferrata du pays. Il s'agit d'un parcours câblé de grande ampleur, haut de 800 mètres et long de 2600 mètres, et contenant également 216 mètres d'échelles. En octobre dernier, je m'étais rendu au pied de celui-ci, qui avait été déséquipé avant l'arrivée de la neige. Voulant donc prendre ma revanche sur cette étourderie, je propose la sortie à mes amis Julie et Stéphane.

Galerie

Récit de l'ascension

 

 

Je retrouve Julie et Stéphane devant chez moi, à Thonon-les-Bains. Nous gagnons ensemble le village de Leukerbad, à environ huit heures du matin. Nous sortons du parking souterrain et apercevons les immenses falaises du Daubenhorn. Au milieu de celles-ci est fixé un grand drapeau suisse, juste à côté d'une section de la via ferrata. D'ici, il parait littéralement minuscule. Difficile de se dire que dans quelques temps, nous serons juste à côté de ce petit point rouge !

Nous traversons le magnifique village suisse, avant de gagner le sentier menant au col de la Gemmi. L'itinéraire se situe sous le câble du téléphérique éponyme. Il s'agit d'un large chemin agréable et peu raide, sur sa partie inférieure. Il s'affine ensuite et propose de nombreux lacets. Nous le suivons puis pénétrons naturellement dans la falaise de la Gemmi. Le sentier, sécurisé, serpente de plus en plus à flanc de paroi.

Un petit plateau herbeux est rejoint, perché à 2060 mètres d'altitude. De la peinture jaune est présente sur un rocher, elle représente des échelles et une flèche. Elle nous informe que la via ferrata se trouve sur la gauche. Nous laissons donc le sentier du col de la Gemmi, continuant en amont. L'endroit où nous nous trouvons actuellement s'appelle l'Untere Schmitte. Un panneau descriptif du parcours câblé est en place. Derrière, un sentier bien marqué doit être suivi.

 

Il se transforme ensuite en une longue vire, longeant les falaises du Daubenhorn. C'est ici que nous mettons nos baudriers et casques. J'en profite également pour échanger mes baskets contre mes chaussures de montagne, Stéphane en fait de même. Quant à Julie, elle n'a que ses chaussures de trail-running. Quelques portions du chemin sont exposées, cependant sécurisées par des mains courantes.

 

Rapidement, le véritable départ est gagné et les longes s'avèrent désormais obligatoires. Il se matérialise par une traversée d'un bombement rocheux, au dessus d'une barre. Après avoir contourné l'obstacle, une seconde grande vire doit être franchie. Trois personnes sont doublées ici. Plus loin, la première section verticale est enfin atteinte. Au dessus de nos têtes, 800 mètres de parcours câblé nous attendent. Il y a très peu d'aide pour les mains, le contact rocher est bel et bien présent. Lors des passages difficiles, le câble est bien-sûr utile pour se hisser. Des pieux métalliques et des pédales aident de temps en temps pour les pieds.

 

Une petite plateforme horizontale est gagnée en amont, permettant de souffler quelque peu. Dernière nous, en direction du nord-est, la vue sur le Rinderhorn et sur le col de la Gemmi est superbe ! Une autre vire équipée est de nouveau sous nos pieds, elle est suivie d'un passage aérien sur des pieux. S'en suit la première grande série d'échelles, totalement verticales. Au milieu de celles-ci, nous touchons le fameux drapeau suisse évoqué précédemment.

L'Obere Freiheit, plateau herbeux à 2345 mètres, est rejoint. Le versant sud-est de notre objectif parait encore gigantesque ! Boire et manger est obligatoire, afin de repartir de si belle. D'ici, il est possible de s'échapper de la via ferrata par la Mieläs. C'est un chemin à flanc de paroi, se dessinant au sud et menant à Leukerbad. Plus à droite, droit devant, nous suivons un sentier bien marqué. Il aboutit à une sente poussiéreuse, conduisant naturellement aux prochains câbles. Le mot "Daubenhorn" et une flèche vers le haut sont peints en jaune, sur la roche. Un ouvrier est sur les lieux et contrôle l'équipement en place. Nous nous élevons ensuite en zig-zag, sur un terrain vertical et impressionnant. Il s'agirait du passage le plus éprouvant de la via. 

Un pont de singe aérien doit être franchi, il est surmonté à tour de rôle. Nous pénétrons ensuite dans une immense grotte, où les températures chutent significativement. À nouveau, la prise de hauteur s'effectue en zig-zag. S'enchaine une traversée ascendante droite, permettant de s'enfoncer dans la cavité souterraine. Dans cet environnement obscur, nous progressons jusqu'à un carrefour. Ici, une variante plus difficile est possible. Elle franchit une échelle suspendue, avant de continuer sur un surplomb. Commençant à ressentir la fatigue dans les bras, je propose de filer tout droit et d'esquiver la section. Une énième échelle puis une traversée ascendante gauche plus tard, nous sortons de la grotte et retrouver la luminosité.

Il est ensuite nécessaire d'enchainer avec un couloir raide et étroit, équipé uniquement en pieux. Nous gagnons ensuite une vire équipée, qui se dessine sur notre droite. Nous la suivons machinalement, puis arrivons sur un passage athlétique surplombant. Il donne accès à une portion plus facile, mêlant échelles et ressauts rocheux. En amont, nous atteignons la bifurcation entre le chemin classique et la variante Konst. La première option propose de gagner en hauteur, à pied. La variante Konst est quant à elle câblée, et sûrement plus sympa ! Elle emprunte une vire donnant directement sur Leukerbad, avant de traverser un petit tunnel. Ce dernier sort au passage le plus aérien de l'itinéraire. Il s'agit d'une courte traversée puis d'une remontée sur barreaux, avec 1300 mètres de vide presque à-pic.

La variante faite, nous gagnons une large arête qui se dessine à l'ouest. Nous suivons la ligne de crête, entrecoupée de passages à pied et de ressauts équipés. À l'approche du dernier mur, la via ferrata continue plus au nord et aboutit à l'ultime échelle. L'installation est haute de quelques dizaines de mètres, et mène à une brèche qui donne accès à la voie normale de la cime. D'ici, il ne suffit plus que de marcher cinq minutes en direction de la croix sommitale, fixée sur notre droite en amont.

 

Le sommet du Daubenhorn est sous nos pieds, il est 14 heures 30 ! Le ciel est gris, voire menaçant. Quelques rafales de vent nous rappellent que nous sommes à quasiment 3000 mètres d'altitude. Une pause s'impose, afin de retrouver des forces pour entamer la longue descente jusqu'en vallée. La visibilité est grandement réduite sur les Alpes pennines, trônant normalement plus au sud. Au nord; ce sont les cimes du Wildstrubel, du Grossstrubel et du Roter Totz qui composent le paysage. Après quelques photos, il est temps de revenir à la civilisation.

Nous retrouvons l'arrivée du parcours câblé, la fameuse brèche donc, avant de basculer dans le versant nord-ouest. Par des lacets poussiéreux, serpentant dans une ambiance très minérale, nous atteignons le Daubenhorn-gletscher. Très peu pentu et dépourvu de crevasses, il est surmonté sans peine. Nous décidons de descendre le reste de la face en courant. Stéphane et moi échangeons à nouveau nos baskets contre nos chaussures de montagne, afin de gagner en vitesse et en confort.

Le Lämmerenboden, large vallon très plat, est rejoint. Nous prenons la direction de l'est, dans le but de gagner le col de la Gemmi. Il est l'heure de prendre son mal en patience. Effectivement, une longue traversée d'environ quatre kilomètres nous sépare du lieu précédemment cité. Quelques goutes de pluie apparaissent puis disparaissent aussitôt. Au col, nous basculons sur le raide et large chemin menant jusqu'à Leukerbad. L'Untere Schmitte est retrouvé, avant d'avaler d'une traite les 600 derniers mètres de descente. Au village, nous buvons une bière dans un bar, avant de reprendre la route jusqu'à Thonon-les-Bains.

 

La via ferrata du Daubenhorn est hors norme et somptueuse. Aboutissant à quasiment 3000 mètres d'altitude, elle est très longue et nécessite une bonne forme physique. De plus, un pied alpin est primordial pour les vires et les sections maigres en équipement. À recommander pour les ferratistes les plus motivés !

N.B. Les légendes présentes dans les galeries désignent toujours les sommets les plus visibles, de gauche à droite.
Toutes les photos sont non retouchées et prises par Hugo Haasser ou ses amis, excepté celles de l'onglet "Projets".