Croix des Têtes (2492m)

12 août 2018, Lauzière, France

 

Itinéraire : par le "Pin Brûlé" & "le Tut-Tut"

Configuration : aller-retour

Départ : la Planchette

Orientation principale : sud

Cotation randonnée : T4

Conditions rencontrées : bonnes

Dénivelé positif : 1150 mètres

Fréquentation : peu fréquenté

Compagnons :

  • Mélanie Baurreau

  • Romain Chautard

  • Vianney Dauphin

 

 

Présentation du sommet

 

 

La Croix des Têtes, également désignée sous le nom de "Mamelles de Beanne", est une montagne appartenant au massif de la Lauzière. La cime possède deux sommets principaux, le point culminant nord et l'antécime sud. Sa face ouest est vertigineuse et domine la commune de Saint-Martin-la-Porte, dans la vallée de la Maurienne. Cette dernière est connue pour être la plus grande paroi calcaire de France. Ainsi, elle est réputée pour ses voies d'escalade, mais aussi pour la pratique du base jump.

 

La voie normale de la Croix des Têtes constitue une randonnée alpine, très exposée sur sa partie terminale. Relativement sauvage, cette ascension aboutit au sommet méridional. Elle emprunte successivement les passages du "Pin Brûlé" et du "Tut-Tut". Je propose à Vianney, ami de Thonon-les-Bains, ainsi qu'à Romain de m'accompagner dans cette aventure. Ce dernier, déjà sur place, sera accompagné de sa copine Mélanie.

Galerie

Récit de l'ascension

 

 

Je récupère Vianney à Thonon-les-Bains, peu avant les six heures du matin. Ensemble, nous co-voiturons jusqu'à Saint-Martin-la-Porte, situé en Maurienne. En montant jusqu'au hameau de la Planchette, je retrouve mon ami Romain, accompagné de sa copine. Après s'être rendus trop haut en voiture, puis en ayant marcher une dizaine de minutes, je me rends compte que nous sommes sur le mauvais chemin. Nous reprenons les véhicules puis cernons le bon départ, au bord de la route.

Le timide parking est trouvé. Nous descendons quelque peu sur la route goudronnée à pied, avant de rejoignons une conduite forcée. Il s'agit d'un pont métallique fermé, traversant le ruisseau Benoit. S'en suit un sentier marqué, amenant naturellement à la forêt de Beaune. Ce dernier, parfois très raide, propose de nombreux lacets. L'approche, heureusement ombragée grâce aux arbres du coin, s'avère efficace.

Nous sortons des sous-bois, au soleil. À cet instant, les températures montent significativement. En amont, j'aperçois le Bec de l'Aigle. Il s'agit d'une impressionnante tour de calcaire, appartenant à l'immense versant sud-ouest de la Croix des Têtes. Toujours sur un chemin bien fait, nous gagnons un promontoire au bord du vide. Celui-ci offre justement une vue très aérienne, sur la vallée de la Maurienne. À notre droite, les falaises démesurées de la face susmentionnée nous écrasent littéralement !

 

Après quelques photos du spectacle, nous rejoignons un pâturage très vert. Au fur et à mesure que nous prenons en hauteur, le terrain se fait de plus en plus minéral. La chaleur est écrasante, l'effort est rude. Un court segment facile, à flanc de paroi, nous amène petit à petit dans une grande combe suspendue. Un magnifique rocher, déversant et très caractéristique, est laissé sur notre gauche au passage. Il est nécessaire de remonter la dite-combe, toujours en suivant une sente plutôt bien marquée. Plus haut, nous la traversons sur notre gauche. Après un endroit où il faut poser les mains, le fameux "Pin Brûlé" est rejoint. Il s'agit d'un arbre renversé, ayant reçu la foudre et pendant entre des dalles de calcaire.

Mes amis et moi atteignons la base du premier couloir rocheux, à gravir. L'attention doit être au rendez-vous car nombreuses sont les pierres qui tombent sous notre poids. S'en suit un passage sur vires, panoramique. Nous faisons ensuite face au crux de la randonnée, le "Tut-Tut" ! Il s'agit d'une autre vire, bien plus étroite, dominant un abime d'environ 600 mètres. C'est donc avec une extrême prudence que nous abordons cette partie, chacun notre tour. Il est possible de s'aider de la petite corde installée, cependant vieillie par le temps et les intempéries. La section est courte mais très exposée. Je gagne un couloir en face, raide et pierreux, où j'attends mes amis. Ensemble, nous remontons la pente malcommode, offrant des rochers instables.

Le haut du couloir aboutit à une brèche, où les sommets sud et nord de la Croix des Têtes se dévoilent. Pour rejoindre la base de la première proéminence citée, il est nécessaire de traverser des dalles qui concluent la face orientale. C'est une portion de l'ascension très délicate, où des ardoises sont entreposées entre des banquettes rocheuses. Le faux serait proscrit, de grandes barres sont bien présentes en contrebas. Mélanie et Romain s'arrêtent ici, ayant peur de faire une erreur. Avec Vianney donc, nous butons sous l'ultime ressaut du sommet sud. Quelques pas d'escalade, dans un minéral et mi-herbeux, doivent être réalisés.

La pointe méridionale est sous nos pieds ! Légèrement au nord-est trône le plus haut relief de la montagne. Ce dernier est accessible en faisant un rappel, puis en escaladant des pentes mi-herbeuses/mi-rocheuses. Selon moi, ce final est bien trop exposé et surtout improtégeable. Je propose donc à Vianney de nous contenter de l'antécime sud. La vue au nord y est sublime. En effet, le Grand Perron des Encombres se dresse tel un roi. À l'ouest, nous avons une vue aérienne sur la vallée.

Après avoir fait quelques photos, nous désescaladons facilement le ressaut terminal. S'en suit la traversée exposée sur dalles, avant de rejoindre nos amis Mélanie et Romain. De nouveau tous ensemble à la brèche, nous descendons avec concentration le second couloir, celui qui domine le "Tut-Tut". Une glissade ici serait très certainement fatale. Le "Tut-Tut" est retraversé dans le sens inverse, avant de reprendre les vires panoramiques et le premier couloir.

 

Les difficultés derrière, Mélanie et Romain désirent prendre leur temps pour revenir au parking. Nous leur disons donc au revoir ici. Le pâturage et la forêt sont descendus successivement. Les innombrables lacets sont enchainés à un rythme efficace, dans le sens opposé. Nous retrouvons ensuite la conduite forcée, avant de gagner la voiture. Heureusement que nous sommes partis tôt, la chaleur se faisant de plus en plus insupportable !

La Croix des Têtes constitue une magnifique randonnée alpine. La première partie ne présente pas de difficulté. La seconde elle, nécessite de la concentration et un pied sûr. En effet, l'exposition est très forte entre le "Tut-Tut" et le sommet sud. Cette sortie est pour toi Raph' !

Carte

N.B. Les légendes présentes dans les galeries désignent toujours les sommets les plus visibles, de gauche à droite.
Toutes les photos sont non retouchées et prises par Hugo Haasser ou ses amis, excepté celles de l'onglet "Projets".