Cornettes de Bise (2432m)

12 janvier 2018, Chablais, France

 

Itinéraire : voie normale >> couloir de la Calaz

Configuration : boucle

Départ : vallon de Chevenne

Orientation principale : sud

Cotation descente : 3.1

Exposition : 2

Conditions rencontrées : mauvaises

Dénivelé positif : 1315 mètres

Compagnon : Aurélien Buttet

 

 

 

 

 

Présentation du sommet

 

 

Les Cornettes de Bise, perchées sur la frontière franco-suisse, appartiennent au massif préalpin du Chablais. Avec leurs 2432 mètres, elles constituent le plus haut sommet qui se dresse entre le val d'Illiez et le lac Léman. En été, nombreuses sont les randonnées possibles sur ses larges versants. Sa face sud est réputée pour ses multiples voies d'escalade. En périodes hivernales, les Cornettes de Bise offrent des itinéraires skiables plus ou moins raides, dont le fameux couloir du Saix Rouquain.

La voie normale d'hiver débute depuis le vallon de Chevenne, sur les hauteurs de la Chapelle d'Abondance. Classique du secteur, il s'agit d'un parcours varié et très esthétique. Il passe successivement par l'abri de Chevenne, le col de Vernaz, le chalet de la Calaz et le Plan Berger. Ayant adoré le coin en été, j'aimerais le découvrir enneigé. Les conditions nivologiques étant stables, je propose à mon collègue Aurélien de m'accompagner, afin de profiter du joli créneau météo annoncé.

 

 

 

Galerie

Récit de l'ascension

 

 

Je retrouve Aurélien chez lui, sur les hauteurs de Thonon-les-Bains. Ensemble, nous gagnons le vallon de Chevenne, tôt dans la matinée. En été, il est possible de conduire jusqu'à l'abri éponyme, perché à 1217 mètres d'altitude. À cette époque de l'année, ce dernier est inaccessible en voiture. Ainsi, nous commençons notre ascension sur la route enneigée, skis aux pieds. La météo, devant être bonne aujourd'hui, est quelque peu décevante pour le moment. Ayant la forme tous les deux, la progression se fait rapide et efficace d'entrée de jeu.

Peu de temps s'écoule lorsque nous gagnons la construction citée précédemment. D'ici, il est nécessaire de s'orienter nord-est, afin de remonter le vallon menant au col de Vernaz. Les lieux sont ravagés par d'anciennes avalanches, ayant regelées par la suite. C'est donc sur un terrain chaotique que nous gagnons en hauteur, dominés par l'imposante face sud des Cornettes de Bise. En aval des chalets Topper, la neige est très dure. Ainsi, nous décidons de progresser en crampons, skis sur les sacs.

 

Le col désormais sous nos pieds, nous optons ensuite plein nord. Par un segment de crête facile mais corniché, nous gagnons une croupe raide et dégarnie. C'est à cet instant que le soleil fait son apparition, me remontant le moral pour la suite des hostilités. Au sud-ouest, l'imposant Mont Chauffé se dresse tel un roi. Ce dernier nous expose son magnifique couloir de Chevenne, me donnant des idées quant à mes futures sorties chablaisiennes.

L'esthétique chalet de la Calaz est rejoint. Le soleil se fait de moins en moins timide et réchauffe franchement l'atmosphère. Après une petite pause panoramique, nous ayant permis de troquer à nouveau les crampons contre les skis, nous reprenons la route. Plus haut en altitude, nous traversons le couloir de la Calaz en son sommet. À notre droite, une énorme corniche s'est formée et nous rappelle qu'il faut être vigilant. S'en suit un replat, connu sous le nom du Plan Berger, coincé entre le sommet des Cornettes de Bise et celui du Saix de la Calaz.

Plus au nord-ouest, nous déchaussons et mettons à nouveau les crampons. La pente se fait gelée et raide, l'attention doit être au rendez-vous car une glissade pourrait faire très mal. Une quarantaine de mètres en amont, nous rejoignons une petite arête facile de neige, sur notre droite. Cette dernière se transforme rapidement en une large pente, s'élargissant petit à petit jusqu'au point culminant tant convoité.

Le sommet est enfin gagné ! La croix sommitale est coiffée par une importante couche de glace, sa silhouette se fait presque irréelle ! Au nord, tout le bassin lémanique est prisonnier d'une épaisse mer de nuages, seule la Dent d'Oche émerge ! Au sud; ce sont les Alpes vaudoises, le Haut-Giffre et le massif du Mont-Blanc qui composent l'horizon. Les températures bien basses nous poussent cependant à vite revenir à la civilisation.

Après avoir profité de ces paysages sublimes, nous enchainons les premiers virages depuis le sommet. Nombreuses sont les plaques de glace dissimulées sous la neige, la concentration est réelle pour ne pas tomber. Nous retrouvons le Plan Berger puis gagnons le haut du couloir de la Calaz. C'est dans une neige revenue que nous enchainons les virages, sans mal. Entre les anciennes coulées et les petites barres rocheuses, nous perdons de l'altitude tranquillement. Le couloir s'évase et nous conduit naturellement à un alpage en très bonnes conditions.

 

Les chalets Toper sont ensuite rejoints. D'ici, nous replongeons dans le vallon massacré par les anciennes coulées. Cette partie est tout bonnement infâme à skier. Nous bataillons pour trouver des endroits à peu près skiables, afin de revenir au parking de la manière la moins désagréable. Nous retrouvons l'abri de Chevenne et tirons tout droit, afin de revenir à la voiture.

Les Cornettes de Bise offrent une très belle ascension, soutenue et panoramique ! D'une longueur notable, elle ravira tous les amateurs de beaux paysages, été comme hiver !

Galerie

N.B. Les légendes présentes dans les galeries désignent toujours les sommets les plus visibles, de gauche à droite.
Toutes les photos sont non retouchées et prises par Hugo Haasser ou ses amis, excepté celles de l'onglet "Projets".