Brèche de la Portetta (2651m)

26 février 2019, Vanoise, France

 

Itinéraire : couloir nord-est

Configuration : aller-retour

Départ : Pralognan-la-Vanoise

Orientation principale : nord-est

Cotation descente : 4.3

Exposition : 2

Conditions rencontrées : bonnes

Dénivelé positif : 1400 mètres

Compagnons :

  • Guillaume Houard & Émilien Jacob

  • Natacha Jacob & Julie Navillod

 

 

 

 

Présentation du sommet

 

 

Les Dents de la Portetta sont un chainon montagneux, appartenant au massif de la Vanoise. Elles renferment la brèche éponyme, réputée pour sa beauté et son ambiance "dolomitique". En effet, cette dernière est dominée par les sommets précédemment cités, formant d'immenses tours rocheuses élancées. En été, ce lieu est accessible après avoir réalisé une randonnée alpine. En période hivernale, il renferme des couloirs skiables, offrant chacun une pente très prononcée.

Parmi eux, le couloir nord-est est l'un des plus connus et parcourus. Ayant plusieurs variantes d'entrée et de sortie, c'est la ligne qui se trouve versant Pralognan-la-Vanoise. Rêvant depuis un moment de cet itinéraire; je propose à la locale du coin, mon amie Julie, de m'y accompagner. Habitant à Courchevel, elle connait déjà le coin. Je la rejoindrai avec Guillaume et deux de ses compères, Natacha et Émilien.

 

 

 

Galerie

Récit de l'ascension

 

 

Nous retrouvons Julie à Pralognan-la-Vanoise, tôt dans la matinée, après avoir dormi à Chambéry. Prêts pour débuter cette belle journée, nous enchainons les premiers mètres de dénivelé sous le téléski du Poucet. Rapidement, le Bois de la Rossa est rejoint. Il accueille une large piste qui se dessine en lacets. D'une pente peu prononcée, celle-ci se termine naturellement au Creux de l'Ours. Il s'agit d'un lieu où la végétation se fait bien moins dense.

 

Plus haut, il est nécessaire de realiser une traversée à l'horizontale, en direction du sud-ouest. Au soleil désormais, les températures sont clémentes pour une fin février. La combe du couloir de la Grande Pierre est ainsi gagné. De nombreuses conversions doivent être négociées pour rejoindre le pied du couloir nord-est. Au pied de la ligne, je comprends de suite que l'ambiance va être grandiose ! Les Dents de la Portetta surgissent telles des tours rocheuses imprenables, au dessus des pentes neigeuses que nous allons remonter !

 

Skis sur les sacs, crampons aux pieds et piolet en main, je commence à tracer cet itinéraire magnifique. Plusieurs possibilités s'offrent à nous pour l'ascension. Après concertation, nous décidons d'emprunter la voie de droite, proposant une pente frôlant les 50 degrés sur le haut. L'équipe me relaie pour tracer. Le couloir remontée, nous enchainons avec la traversée d'un petit plateau neigeux, cerné de part et d'autres par d'immenses falaises. Les dernières mètres de dénivelé s'effectuent toujours sous d'immenses masses rocheuses.

 

Au sommet, la vue au nord-est est superbe ! La Pointe du Vallonnet et la Grande Casse sont les deux reliefs qui se démarquent le plus à l'horizon ! Rapidement, je propose au groupe de descendre légèrement vers le sud, afin d'avoir la vision classique de la brèche. Nous enverrons ainsi les peaux et skions sur 200 mètres. Nous picniquons ensuite sur une croupe neigeuse au soleil, puis admirons les trois tours rocheuses verticales, caractérisant cet endroit si singulier. Il est l'heure de revenir à la brèche skis sur les sacs, pour entamer le retour à la civilisation.

 

Le départ classique du couloir nord-est est cernée. Je m'engage en premier dans la pente. Le départ se fait très raide. Après quelques virages sautés dans une neige durcie (ayant cependant un bon grip) par l'anciens passages, le terrain se fait légèrement moins soutenu. Nous restons cependant dans un bon 45 degrés à mon sens. J'attends mes amis, qui s'engagent un à un dans la ligne. Au deux-tiers descendus, nous rejoignons un carrefour matérialisé par un grand rocher.

 

Nous décidons d'emprunter la branche de droite, réputée plus être la plus étroite et la plus raide. Cette fois-ci, mes amis ouvrent la voie. Je les suis de près. Revenus au pied du couloir, nous skions tous ensemble dans la combe du couloir de la Grande Pierre puis en rive droite du Creux de l'Ours. La neige est restée froide et poudreuse, les conditions sont excellentes ! Nous arrivons à esquiver le Bois de la Rossa, en restant bien à droite. Le téléski puis le parking sont retrouvés, sourires jusqu'aux oreilles !

Carte

N.B. Les légendes présentes dans les galeries désignent toujours les sommets les plus visibles, de gauche à droite.
Toutes les photos sont non retouchées et prises par Hugo Haasser ou ses amis, excepté celles de l'onglet "Projets".