Allalinhorn (4027m)

26 septembre 2015, Alpes pennines, Suisse

 

Itinéraire : voie normale >> Hohlaubgrat

Départ : Mittelallalin

Configuration : boucle

Orientations principales : nord puis est

Cotation alpinisme : PD+

Engagement : II

Place dans la cordée : en tête

Conditions rencontrées : bonnes

Dénivelé positif : 600 mètres

Fréquentation : assez fréquenté

Compagnons :

  • Ryan Arant

  • Benjamin Gaub

Présentation du sommet

 

 

L’Allalinhorn est une montagne du massif des Alpes pennines, appartenant à la chaine des Mischabels. Cette dernière constitue l'un des grands sommets dominant Saas-Fee, se dressant telle une immense pyramide glaciaire au dessus de la station suisse. Les remontées mécaniques, dont la plus haute étant un chemin de fer souterrain, en ont fait l'un des 4000 les plus faciles des Alpes. En effet, grâce au plus haut funiculaire du monde, le Métro Alpin, l'Allalinhorn peut être gravi qu’après 600 mètres de dénivelé.

 

Sa voie normale se déroule en versants nord et ouest et ne possède aucune difficulté technique. Je propose à Ryan, qui motive l'un de ses amis nommé Benjamin. Nous partirons sur la traversée de l’Allalinhorn, en descendant par l'arête orientale. Connue sous le nom d'Hohlaubgrat, elle donnera un peu de piment à notre excursion. De plus, cet itinéraire sera pratique pour rejoindre la Britanniahütte, utile pour tenter le Rimpfischhorn le jour suivant.


 

 

Galerie

Récit de l'ascension

 

 

Je retrouve Ryan et Benjamin à Saas-Grund vers neuf heures du matin. Voitures garées, nous traversons le joli village de Saas-Fee pour rejoindre les onéreuses remontées mécaniques. Nous voici propulsés directement dans l’univers de la haute altitude, sous une tempête de ciel bleu ! À l’arrivée du Métro Alpin, au Mittelallalin à 3400 mètres, le panorama est déjà somptueux ! Le Täschhorn, le Dom des Mischabels et la Lenzspitze dominent le paysage avec leurs faces orientales, aux allures himalayennes. Devant nous, au sud, l'Allalinhorn se dresse dignement.

 

Encordés, piolets à la main et crampons aux pieds, nous suivons tout d'abord les pistes de ski en direction du sud-ouest. Sortis du domaine, nous débutons ainsi la réelle ascension du jour. Premièrement, il est nécessaire de passer sous l'imposant versant nord de l'Allalinhorn. Nous réalisons ensuite une traversée ascendante droite, en direction du Feechopf. Nous revenons ensuite plein est et suivons la trace bien marquée. Celle-ci se dessine sous de grands murs de glace, puis sous des séracs débonnaires. Au beau milieu de cet univers tourmenté, l'ambiance est magique !

 

Le Feejoch, col panoramique perché à 3826 mètres, est gagné. Une pause s'impose pour admirer la vue somptueuse sur les cimes aux alentours. Le Cervin et le Mont Rose découpent l'horizon, alors que le Strahlhorn et le Rimpfischhorn font face. Quelques paralpinistes décollent sous le sommet de l’Allalinhorn, situé légèrement plus à l'est. Nous entrons désormais dans la grande pente occidentale de la montagne. Cette dernière débouche sur l'arête sommitale, ne présentant aucune obstacle.

 

Le point culminant est atteint ! Il est matérialisé par une belle croix en métal, marquant les 4027 mètres. J'immortalise le spectacle, se faisant encore plus beau que depuis le Feejoch. Le Täschhorn, le Dom est la Lenzspitze nous écrasent toujours au nord-ouest. Dans la direction nord-est, c'est le trio Fletschhorn-Lagginhorn-Weissmies qui se détache tout particulièrement. Le territoire italien, plus à l'est, est plongé sous de nombreux nuages.

 

Quelques minutes plus tard, nous attaquons la descente par la Hohlaubgrat, plus technique que la voie normale empruntée. Nous contournons un gendarme par la gauche, où le faux pas est proscris. S'en suit un ressaut rocheux, où un rappel d'une trentaine de mètres s'avère obligatoire. L'itinéraire devient ensuite entièrement neigeux et bien moins alpine. De plus, la trace est bonne et nous permet d'être efficaces quant à notre perte de hauteur.

 

Nous rejoignons l'Hohlaubgletscher, offrant de belles crevasses à enjamber. Nous traversons le glacier au nord, jusqu'à butter sous l'Hinter Allalinpass. En aval de celui-ci, nous longeons les barres rocheuses de l'Hinter Allalin, en prenant la direction plein est. Après maintes hésitations concernant l'orientation, nous gagnons le sentier de randonnée menant à la Britanniahütte, construite sous les reliefs du Klein Allalin.

 

L'Allalinhorn est un magnifique sommet, parfait pour les cordées débutantes. Il est cependant déconseillé aux personnes recherchant la solitude et la tranquillité. Sa traversée rajoute un côté technique intéressant et esthétique.

Carte

N.B. Les légendes présentes dans les galeries désignent toujours les sommets les plus visibles, de gauche à droite.
Toutes les photos sont non retouchées et prises par Hugo Haasser ou ses amis, excepté celles de l'onglet "Projets".