Aiguille de Rochefort (4001m)

15 août 2013, Mont-Blanc, France

 

Itinéraire : arêtes de Rochefort

Configuration : aller-retour

Départ : refuge Torino

Orientation principale : est

Cotation alpinisme : AD

Engagement : II

Place dans la cordée : réversible

Conditions rencontrées : bonnes

Dénivelé positif : 800 mètres

Fréquentation : assez fréquenté

Compagnon : Fabien Chevallay

 

 

 

Présentation du sommet

 

 

L'Aiguille de Rochefort est l'un des plus petits sommets de 4000 mètres des Alpes, se dressant entre la France et l'Italie. La cime, appartenant au massif du Mont-Blanc, est cernée par la Dent du Géant au sud-ouest et par les Grandes Jorasses au nord-est. Chaque été, des alpinistes aguerris se lancent dans la grande traversée reliant notre montagne à la Pointe Walker. Ils dorment en général au bivouac Canzio, construit à 3809 mètres. L'abri est localisé sous la Pointe Young, sur le col des Grandes Jorasses.

 

La traversée des arêtes de Rochefort, réalisée en aller-retour depuis le refuge Torino, est l'itinéraire le plus emprunté pour atteindre le sommet en question. Cette course est sûrement l'une des plus photogéniques du secteur, souvent mise en valeur sur les cartes postales ou les posters d'alpinisme. Lorsque j’ai réalisé l'ascension de la Dent du Géant il y a un an, je rêvais de revenir dans le coin pour gravir sa voisine. Je propose à Fabien, nouvel ami, de m'accompagner sur cette course.

 

 

 

Galerie

Récit de l'ascension

 

 

Je récupère Fabien à Thonon-les-Bains, tôt dans la matinée. Arrivés à Chamonix, nous prenons le tunnel du Mont-Blanc et gagnons le petit village italien de la Palud. Dans la vallée, le temps est bien gris. A priori, il serait meilleur en altitude... En empruntant le téléphérique, nous sommes propulsés directement sous le refuge Torino, à plus de 3300 mètres d'altitude. Durant cette ascension express, nous avons traversé les nuages. Je suis heureux de constater qu'une magnifique journée nous attend !

 

À la gare supérieure de la remontée mécanique, l'échauffement peut enfin commencer. Nous devons grimper 225 marches d'un immense escalier, aboutissant à la terrasse du gîte susmentionné. Une fois rejointe, il est temps de s'équiper pour prendre pied sur l'imposant glacier du Géant. Nous sortons ainsi crampons et piolets. J'admire la mer de nuages présente du côté italien, que nous dominons désormais largement. Seuls les sommets majeurs du pays émergent: je reconnais notamment les silhouettes de la Grivola et du Grand Paradis. Plus à gauche, la Dent du Géant et son profil unique se dresse sans égal ! C'est celle-ci qu'il faut viser en premier lieu, afin d'atteindre les arêtes de Rochefort.

 

Après quelques minutes d'effort, nous arrivons au col du Géant. Celui-ci offre notamment une vue panoramique vers le nord-est, en direction des aiguilles de Chamonix. Plus loin, nous laissons les Aiguilles Marbrées plus à droite, dans le but d'atteindre le col de Rochefort. La pente s'accentue, au fur et à mesure que nous nous approchons de la base de la Dent du Géant. Une rimaye bien ouverte doit être surpassée. S'en suit un éperon rocheux délité, à remonter dans sa totalité. Quelques sections sur dalles doivent être escaladées. Nombreuses sont les chutes de pierres, accentuées par les cordées en amont. L'attention est au rendez-vous...

 

Nous accédons à la "salle à manger": magnifique petit plateau glaciaire, surplombé par la face sud de la Dent du Géant. D'ici, j'admire la suite de notre itinéraire: les fameuses arêtes de Rochefort ! La première partie de la voie est neigeuse et relativement fine. Cependant, l'excellente trace des cordées précédentes rend la progression plus facile et plus sûre. J'en profite pour jeter un coup d'œil sur la Mer de Glace, logée à environ 2200 mètres plus bas que notre position actuelle. Nous rejoignons ensuite un replat, menant à l'énorme corniche caractéristique. Cette merveille, éphémère et dangereuse, est traversée rapidement.

 

Plus loin, l'arête s'affine encore et ce, jusqu'au point 3933. La prochaine étape consiste à désescalader une pente raide de neige, d'environ 30 mètres sur notre gauche. Cette section étant très exposée, l'attention doit être à son maximum. Un relai est également en place pour poser un éventuel rappel. Une petite pointe rocheuse fait ensuite obstacle, son ascension se réalise sans mal. Elle mène naturellement au pied de l'aiguille de Rochefort, l'objectif. Trois petites longueurs sur rocher nous séparent maintenant du point culminant. Une recherche d'itinéraire s'impose, dans le but de trouver le cheminement le plus facile.

 

Nous y sommes ! À plus de 4000 mètres d'altitude, le panorama est sublime ! Proches de nous, le Mont Mallet et les Grandes Jorasses trônent droit devant. Plus loin au nord; l'Aiguille Verte et les Droites écrasent littéralement la Mer de Glace. À l'ouest, la Dent du Géant offre un visage bien différent de celui dont j'ai l'habitude d'avoir depuis Torino ou depuis l'Aiguille du Midi. Au sud, le val d'Aoste commence à se libérer des nuages. Les températures estivales nous donneraient envie de rester longtemps. Cependant, le téléphérique n'attend pas. Il est l'heure d'entamer notre retour à la civilisation.

 

Deux rappels sont nécessaires pour retrouver le fil de l’arête. La traversée dans ce sens me semble plus facile et moins périlleuse. Revenus au pied de la Dent du Géant, nous descendons l'éperon rocheux délité. Les pierres ne demandent qu'à partir, la prudence est à nouveau de rigueur. Le col de Rochefort, le col du Géant et le refuge Torino se succèdent, sous un brouillard qui s'installe progressivement.

 

Cette course est bel et bien magnifique. Néanmoins, l'exposition n'est pas à négliger, un faux pas sur l'arête serait fatal. Malgré un faible dénivelé, il ne faut pas oublier que tenir l'horaire est primordial pour ne pas louper la dernière benne à Torino.

Carte

N.B. Les légendes présentes dans les galeries désignent toujours les sommets les plus visibles, de gauche à droite.
Toutes les photos sont non retouchées et prises par Hugo Haasser ou ses amis, excepté celles de l'onglet "Projets".