Aiguille d'Argentière (3902m)

26 avril 2014, Mont-Blanc, France

 

Itinéraire : glacier du Milieu

Configuration : boucle

Départ : téléphérique des Grands Montets

Orientation principale : sud-ouest

Cotation descente : 4.2

Exposition : 2

Conditions rencontrées : bonnes

Dénivelé positif : 1150 mètres

Compagnon : Julien Miard

 

 

 

Présentation du sommet

 

 

L'Aiguille d'Argentière est un sommet appartenant au massif du Mont-Blanc, dressé sur la frontière franco-suisse. À cheval entre le département de la Haute-Savoie et le canton du Valais, la cime est entourée par les glaciers de Saleina au nord-est et du Milieu au sud-ouest. Son ascension au printemps ou en été relève du grand classique, en ski de randonnée ou en alpinisme. La montagne propose de nombreux couloirs à skier et d'itinéraires d'escalade à gravir, variées en termes de style et de difficultés.

 

Sa voie normale remonte le glacier du Milieu, prisonnier entre les arêtes rocheuses Charlet-Straton au nord et celle du Jardin au sud. Il domine le bassin d'Argentière, lui-même écrasé par les imposants versants nord de la Verte, des Droites et des Courtes. Je décide de contacter Julien, l'ami d'une collègue de Rossignol, où je travaille actuellement. Je lui propose cet itinéraire, afin de profiter de l'unique créneau de beau temps du week-end.

 

 

 

Galerie

Récit de l'ascension

 

 

Je rencontre Julien à Argentière, tôt dans la matinée. Après avoir préparé les sacs minutieusement, nous empruntons les remontées mécaniques jusqu'à la station supérieure des Grands Montets. Arrivés à 3295 mètres d'altitude vers neuf heures, nous nous trouvons face à la mythique Aiguille Verte. La vue sur les aiguilles du Chardonnet et d'Argentière, trônant de l'autre côté du glacier d'Argentière, est somptueuse.

 

Skis aux pieds, nous traversons le col des Grands Montets puis entamons la magnifique descente crevassée du glacier des Rognons. En contournant la Verte par l'est, nous passons sous son couloir Couturier et sous d'imposants séracs. Ici, il est conseillé de prendre de la vitesse car nous devons atteindre l'autre rive du glacier d'Argentière, en contrebas. Durant sa traversée, j'aperçois le refuge éponyme, connu pour accueillir une moto sur son toit. Plus au sud, l'immense cirque dans lequel nous sommes désormais se conclut par le Mont Dolent et l'Aiguille du Triolet.

 

En arrivant au pied du glacier du Milieu, les grandes faces nord du massif se dressent derrière nous. Peaux de phoques installées sous les skis, il est temps de prendre de la hauteur. J'adopte le rythme élevé de mon collègue, afin de tenir l'horaire. Le dénivelé se gagne tout d'abord en rive droite du glacier, prisonnier entre deux murs rocheux. À 3350 mètres d'altitude, nous traversons le glacier pour gagner sa rive gauche. La grande épine rocheuse de l'arête du Jardin, nommée le Casque, domine en amont.

 

La difficulté majeure nous attend, la partie raide de l'ascension est droit devant. Crampons fixés aux chaussures et skis sur le sac, la rimaye est franchie sans problème. La pente de neige, de 35 degrés sur sa partie inférieure, se raidit au fur et à mesure. Un goulet, encerclé de rochers et incliné à 45 degrés, doit être surmonté. Une fois escaladé, la face s'adoucit et aboutit à un col situé entre le sommet ouest et le véritable point culminant. Il ne reste alors qu'un segment d'arête neigeux, cependant exposé à l'est.

 

Le sommet est gagné mais malheureusement, le temps se couvre. Contents d'y être arrivés, il faut désormais redescendre avant que les choses ne se gâtent. Nous revenons à pied au col puis chaussons les skis. La pente est raide et il est primordial de ne pas négliger ses virages. Le soleil transforme légèrement la neige, rendant les choses plus faciles. La section du goulet est impressionnante à skier et quelque peu engagée. Revenus à la rimaye, la suite devient bien plus facile et moins risquée.

 

Sur le glacier d'Argentière, nous longeons sa rive gauche afin d'éviter une zone importante de crevasses. À 2300 mètres, une pause est méritée avant de rejoindre la moraine des Rognons puis les pistes du domaine skiable d'Argentière. Lognan, station intermédiaire des remontées mécaniques empruntées, est gagnée tôt dans l'après-midi.

 

Grâce au téléphérique, l'Aiguille d'Argentière est facilement accessible en un jour, évitant une quelconque approche et une nuit en refuge. Le glacier du Milieu offre une descente technique, en pleine haute montagne.

 

 

 

Carte

N.B. Les légendes présentes dans les galeries désignent toujours les sommets les plus visibles, de gauche à droite.
Toutes les photos sont non retouchées et prises par Hugo Haasser ou ses amis, excepté celles de l'onglet "Projets".